Apologie de la pensée négative

Image

La période des fêtes représente une énigme psychologique. Le sentiment qui la décrit est, bien sûr, la joie — cependant l’effort intense d’être joyeux semble rendre beaucoup d’entre nous malheureux. Il est difficile d’être heureux dans les salles d’embarquement bondées des aéroports ou pendant que vous essayez de rester civilisé pendant des jours avec des parents qui éprouvent votre patience.

Donc, pour faire face aux fêtes de fin d’année, des magazines et d’autres nous conseillent de « penser positif », le même conseil, en d’autres termes, que Norman Vincent Peale, auteur de « Le pouvoir de la pensée positive » The Power of Positive Thinking, donnait il y a six décennies. (Pendant les fêtes, Peale a suggéré, vous devriez faire « un effort délibéré pour parler positivement de tout. ») Le résultat, trop souvent, reflète le célèbre jeu d’essayer de ne pas penser à un ours blanc : Plus vous essayez, et plus vous y pensez.

Des variations de la philosophie positive de Peale sont profondément ancrées dans la culture américaine, et non seulement dans la façon avec laquelle nous gérons les fêtes et d’autres situations sociales, mais dans les affaires, la politique et au-delà. Pourtant, les études suggèrent que les affirmations peppées conçues pour égayer l’humeur de l’utilisateur par la répétition et la visualisation de la future réussite génèrent souvent le contraire de l’effet recherché.

Heureusement, à la fois la philosophie antique et la psychologie contemporaine indiquent une alternative: une approche contre-intuitive que l’on pourrait appeler « La voie négative du bonheur. » Cette approche permet d’expliquer certaines énigmes, comme le fait que les citoyens des pays les plus exposés à l’insécurité économique font souvent état d’un plus grand bonheur que les citoyens des pays plus riches. Ou que nombreux hommes d’affaires réputés rejettent l’idée de fixer des objectifs fermes.

Un des pionniers de la «voie négative» était le psychothérapeute new-yorkais Albert Ellis, décédé en 2007. Il a découvert un élément clé des philosophes stoïciens de la Grèce antique et de Rome: que, parfois, la meilleure façon de répondre à un avenir incertain est de se concentrer non pas sur le scénario le plus favorable, mais le pire.

Sénèque le stoïcien est radical sur ce sujet. Si vous avez peur de perdre votre patrimoine, il a conseillé une fois, « réservez un certain nombre de jours, pendant lesquels vous vous contenterez des revenus les plus bas et les plus maigres, en vous habillant avec une robe grossière et rugueuse, en disant à vous-même le temps: « Est-ce cet état que je craignais? » »

Pour surmonter la peur de l’embarras, Ellis avait dit à Oliver Burkeman (auteur du livre The Antidote) qu’il conseillait à ses clients de voyager dans le métro de New York, en prononçant le nom de chaque station à haute voix. Malgré que Burkeman soit une personne facilement embarrassée, dans l’intérêt de la recherche, il a suivi son conseil, sur la ligne centrale du métro de Londres. C’était atroce. Mais ses craintes exagérées ont été ébranlées: il n’ai pas été pas harangué ou agressé. Quelques personnes l’ont regardé bizarrement.

Il suffit de penser sobrement en détail au pire des scénarios, une technique que les stoïciens appelaient « la préméditation du mal » peut aider à saper l’énergie de son anxiété. La psychologue Julie Norem estime qu’environ un tiers des Américains utilisent instinctivement cette stratégie, qu’elle qualifie de « pessimisme défensif. » La pensée positive, en revanche, c’est faire l’effort de se convaincre que les choses vont bien tourner, ce qui peut renforcer la croyance que ce sera terrible si les choses tourment mal.

Dans les entreprises américaines, la doctrine la plus largement acceptée du « culte de la positivité » est l’importance de la détermination d’objectifs grands et audacieux pour une organisation, tandis que les employés sont encouragés (ou contraints) de fixer des objectifs qui sont « SMART » – spécifiques, mesurables, atteignables, réalisables, et dans un temps déterminé. (On pense que le terme a été utilisé dans un article publié en 1981 par George T. Doran.)

Mais le consensus pro-objectif est en train de s’effriter. D’une part, les objectifs rigides peuvent encourager les employés à sacrifier l’éthique. Dans une étude menée par la chercheuse en gestion Lisa Ordóñez et ses collègues, les participants ont eu à composer des mots à partir d’un ensemble de lettres aléatoires, comme dans le Scrabble. On leur demanda de consigner leurs progrès de manière anonyme et ceux qui ont été donnés un objectif précis à atteindre ont menti beaucoup plus fréquemment que ceux qui devaient simplement « faire de leur mieux. »

Les objectifs peuvent même conduire à des sous-performances. De nombreux nouveaux chauffeurs de taxi de New York, selon une équipe d’économistes, gagnent moins d’argent par temps de pluie que ce qu’ils peuvent gagner, car ils arrêtent le travail dès qu’ils atteignent la somme qu’ils pensent représenter les gains d’une bonne journée.

Se concentrer sur un objectif au détriment de tous les autres facteurs peut aussi déformer la mission d’une entreprise ou la vie d’une personne, explique Christopher Kayes, professeur de gestion à l’Université George Washington à Washington qui a étudié la « sur-poursuite » des objectifs, se souvient d’une conversation avec un dirigeant qui « m’a dit que son objectif était de devenir millionnaire à l’âge de 40 ans… et il l’avait fait. [Mais] il a également été divorcé, et avait des problèmes de santé, et ses enfants ne lui parlent plus. » Derrière notre fixation sur les objectifs, les travaux du Prof Kayes indiquent qu’il y a un profond malaise avec le sentiment d’incertitude.

Les recherches menées par Saras Sarasvathy, professeur en gestion à l’Université de Virginie, suggèrent que l’apprentissage pour accueillir des sentiments d’incertitude est non seulement la clé d’une vie plus équilibrée, mais conduit souvent à la prospérité également. Pour une étude, elle a interviewé 45 entrepreneurs prospères, qui ont tous introduit au moins une entreprise en bourse. Presque aucun d’entre eux n’a choisi d’écrire un business plan complet ou de réaliser des études de marché approfondies. Ils pratiquaient plutôt ce que le professeur Sarasvathy appelle « effectuation ». Plutôt que de choisir un objectif et de faire un plan pour y parvenir, ils ont fait le bilan des moyens et du matériel mis à leur disposition, et ensuite imaginé les issues possibles. L’effectuation comprend également le « principe de la perte abordable. » Au lieu de se concentrer sur la possibilité de récompenses spectaculaires pour une entreprise, évaluer l’étendue des pertes en cas d’échec. Si la perte potentielle semble tolérable, passer à l’étape suivante.

La valeur ultime de la « voie négative » ne réside pas dans la facilitation des émotions optimistes, ou voire du succès. Mais elle réside simplement dans le réalisme. L’avenir est vraiment incertain, après tout, et les choses peuvent aller bien comme mal. Nous sommes trop souvent motivés par un désir de mettre fin aux inévitables surprises dans nos vies.

Cela est particulièrement vrai pour le plus grand « négatif » de tous. Pourrions-nous bénéficier de la contemplation de la mortalité plus souvent que nous le faisons? Comme la célèbre déclaration de Steve Jobs : « Se souvenir que vous allez mourir est le meilleur moyen que je connaisse pour éviter le piège de penser que vous avez quelque chose à perdre. »

Cependant nous pouvons être tentés de nous aligner avec la position de Woody Allen sur la mort : « Je suis fortement contre elle ». Mais il y a beaucoup plus d’avantages à y faire face plutôt que de la nier. Il y a quelques faits que même la pensée positive la plus puissante ne peut modifier.

—Adapté du livre de Oliver Burkeman The Antidote: Happiness for People Who Can’t Stand Positive Thinking. Editions Faber & Faber, novembre 2012.

— Traduit de l’américain par Majed Chambah.

Publicités

Faites cet exercice en cette période de l’année

Cette période de l’année est propice pour avancer davantage sur votre chemin de développement personnel.

Un exercice simple, sous la forme de questions auxquelles il s’agit de répondre, comme celui que je vous propose ci-dessous, peut avoir de multiples bienfaits si vous le faites. Par contre, omettre de faire ce genre d’exercice risque de faire durer les comportements indésirables pour une année supplémentaire et de rater l’occasion d’augmenter vos chances de réussite durant la nouvelle année.

Auto-inventaire de fin d’année

L’auto-inventaire de fin d’année est aussi important pour la personne que l’est l’inventaire commercial de fin d’année pour une entreprise. Si l’on considère le mot entreprise dans le sens d’entreprendre (passer à l’action), vous-même êtes une entreprise,  le but de votre processus de développement personnel étant d’entreprendre un travail d’amélioration et d’optimisation de soi.

Certaines personnes vont de l’avant dans leur vie, d’autres régressent. Dans une démarche de développement personnel, la logique veut que l’on progresse d’une manière constante, peu importe la vitesse de progrès.

Cet inventaire vous aidera à déceler les éventuels progrès effectués ainsi que les éventuelles régressions. Il permet de mesurer l’efficacité de vos entreprises durant l’année touchant à sa fin dans le but de renforcer vos qualités et de pallier vos lacunes.

Ce questionnaire est à faire en fin d’année. Il permettra ainsi,  de déclencher une réflexion sur les résolutions de la nouvelle année et d’y inclure les améliorations à faire qui ont été décelées par l’inventaire.

Faites cet exercice en vous posant les questions ci-dessous et en écrivant vos réponses sur papier. Vous pouvez valider vos réponses avec l’aide d’une personne de votre entourage qui vous comprend et qui vous connait bien. Répondez surtout sans hésitation, sincèrement et honnêtement.

1. Est-ce que j’ai atteint mes objectifs que je me suis fixés pour cette année ? Quel était mon taux d’accomplissement ?

Si vous n’avez pas fixé d’objectif pour cette année alors il est absurde de parler d’une réussite quelconque, car sans objectifs définis il n’y a rien à réussir. Dans ce cas, la  révélation de cet inventaire est qu’il y a besoin que vous fixiez des objectifs à réussir pour l’année à venir – j’y reviendrai plus en détail en début d’année prochaine -.

2. Est-ce que j’ai fait de mon mieux qualitativement et quantitativement pour atteindre mes objectifs ? Est-ce que j’aurais pu faire mieux (selon mes compétences) ?

3. Dans quel état d’esprit ai-je majoritairement été cette année ? Quel était mon état émotionnel dominant ?

4.  Dans quel état physique ai-je majoritairement été cette année ? Quel était mon niveau d’énergie dominant ?

5. Est-ce que j’ai amélioré ma personnalité ? Sur quel plan ? Dans quelle mesure ?

6. Est-ce que j’ai amélioré mon hygiène de vie ? Sur quel plan ? Dans quelle mesure ?

7. Est-ce que la procrastination a diminué ma réussite ? Sur quel plan ? Dans quelle mesure ?

8. Est-ce que j’ai dissipé mon énergie dans des activités inutiles ou par un manque de concentration ?

9. Combien de temps (heures par semaine ou par mois) a été consacré à des activités inutiles que j’aurais pu économiser ou utiliser à bon escient ?

10. Est-ce que j’ai fait preuve de persévérance dans l’accomplissement de mes objectifs ?

11. Y a t’il des comportements ou des paroles que je regrette ?

12. Est-ce que j’ai développé de meilleures relations dans mon couple, avec les membres de ma famille, avec les autres ? (basées sur le respect, la tolérance et la sincérité) ?

13. Est-ce que j’ai mis fin à certaines relations nocives dans mon entourage ?

14. Est-ce que je me suis approché de ma vocation ?

15. Suis-je sur la bonne voie ? Sur le chemin de mon développement personnel ?

Cet exercice peut être fait entre des personnes proches, sous la forme d’un jeu où chacun partage ses réponses avec les autres personnes. Non seulement, il permettra de remplir une de vos soirées de fin d’année d’une manière ludique et très utile mais il permettra également de renforcer davantage les liens qui vous unissent.

 

Citations

Celui qui regarde à l’extérieur rêve
Celui qui regarde à l’intérieur s’éveille.

Carl Gustav Jung

« Il existe un curieux paradoxe : quand je m’accepte tel que je suis, alors je peux changer. » –
Carl Rogers

“Ce ne sont pas les événements qui vous arrivent qui détermineront jusqu’où vous irez dans votre vie, mais plutôt votre manière de gérer ces événements.”
Zig Ziglar

Tout ce qui vous immobilise, vous barre la route, vous empêche d’atteindre vos buts, tout cela vient de vous. Vous pouvez vous en débarrasser quand bon vous semble.
Dr Wayne W. Dyer

 

Marre de la vie ? Lisez ceci d’abord !

Vous vous sentez piégé(e), bloqué(e) dans votre vie ? Vous avez l’impression que l’horizon est obscur et qu’il n’y pas d’issue ni de changement possible ? Je vous propose un texte écrit par l’auteur américain Chuck Palahniuk. Même si son nom vous est peut-être inconnu, ses oeuvres le sont beaucoup moins. Notamment son livre Fight Club qui a été porté au cinéma par le metteur en scène David Fincher (avec Edward Norton et Brad Pitt).

Vivez comme si vous alliez mourir

Vivez comme si vous deviez mourir

En dehors de faire du sport et de manger sainement, je m’impose tentative de suicide à peu près tous les deux ans. Les petites filles avaient mariage idéal, avec robe princesse et vol de colombes.  Moi, depuis que je suis petit, je prépare mon suicide parfait.

J’ai une image précise du résultat :  Ni coup de feu, ni pendaison, ni vol plané du haut du Chrysler Building. Rien de spectaculaire. Je tiens à être un cadavre impeccable. Quand j’étais journaliste, je couvrais régulièrement le même fait divers.  Tous les membres d’une famille retrouvés morts à cause d’un barbecue utilisé comme chauffage d’appoint.  à chaque fois, le monoxyde de carbone avait eu raison d’eux pendant leur sommeil,  et j’étais sur place en même temps que la police et les premiers secours. Papa, maman et les enfants, allongés sur leur lit :  des trépassés magnifiques, paisibles. Aucune trace de rictus, de vomissures, ou de  spasmes :  leurs visages lisses et si détendus qu’ils semblaient dormir.

Pour moi, c’est la meilleure façon de partir. Habitant un état où il est totalement légal de choisir le jour de son départ, je suis peut-être un peu partial sur le sujet.  J’ai eu l’occasion d’assister à une de ces soirées d’adieu ou phénobarbital remplace le champagne.  Je n’y connaissais personne, pas même l’hôte, condamné par un cancer du côlon. Une amie d’amis m’avait téléphoné en pleurs et supplié de l’accompagner, sous prétexte de que se rendre en solo à un tel événement était déplacé et pathétique.  Bizarrement, ni Judith Martin, ni Emily Post ni Amy Vanderbilt n’ont défini les codes de la bienséance en pareille occasion :  quels  vêtements porter, quels cadeaux offrir, comment s’adresser un mourant inconnu ?

Pire, ce n’est qu’au moment où les convives ont été invités à joindre les mains et à allumer des bougies que j’ai pris conscience du caractère « définitif » de la soirée.  Ce fut ce que j’appellerai ma « blind-date » avec la mort.

Le suicide est une tendance lourde de nos jours. Chaque année aux États-Unis, quelque 26000 hommes se donnent la mort.  Certains, bien plus intelligents ou courageux que vous et moi. Hunter S. Thompson, Kurt Cobain, Spalding Gray, David Foster Wallace.  Ils étaient accomplis, riches, talentueux, et ils nous manquent.

Quoi qu’il en soit, si vous décidez de faire le grand saut, je vous demanderai une seule chose :  attendre sept jours.   Pendant cette ultime semaine, suivez la règle du NDC.  Pas d’inquiétude, ça ira vite.  Comme les derniers jours passés dans job qu’on déteste,  chaque moment serein nimbé de nostalgie,  adouci d’être un mort en puissance.  Le film est presque fini, et le temps presse.

Commencez par “N” comme nettoyage.  Nettoyez votre salle de bains, votre voiture, faites la lessive, blanchissez les joints, nettoyaient derrière le frigo, les vitres.  Il faut que ça brille.

“D”  comme  débarrasser.  Triez vos papiers et ne gardez que les plus importants.  Idem pour vos placards et vos affaires personnelles :  ne gardez que ce qui compte vraiment.  Le reste, donnez-le ou détruisez-le. Mettez vos secrets et vos souvenirs à la benne à ordures.  Faites de même avec l’armoire à pharmacie et le frigo.  Et puis offrez-vous une belle coupe de cheveux.  Ne vous fiez pas à la croyance populaire :  les cheveux humains ne poussent pas après la mort. Alors, autant être à son avantage. Chouchoutez-vous,  vous avez ma permission. Ce ne sont pas les grands désastres qui nous écrasent. Imaginons que les aliens  débarquent, ou que les zombies dévoreurs de chair humaine attaquent.  La plupart des hommes enfileront leur veste et se jetteront dans la mêlée.  Même un tremblement de terre où un incendie constituent parfois un agréable changement de rythme.  Non, ce qui nous opprime, ce sont les tickets de parking.  La nourriture avariée dans le frigo.  Les  fringues sales au fond du panier à linge  qui n’ont pas vu la lumière du jour depuis 1995.  Une fois que vous avez laissé ces plaies du quotidien s’accumuler, vous êtes foutu.  D’où le “D” de débarrasser.  Si vous pouvez vous raser, vous pouvez vivre.

Enfin, “C”  comme contacter.  Contactez toutes vos connaissances et dites-leur quelque chose de gentil. Même si vous ne pouvez pas les supporter, abandonner toute aigreur. Trouver quelque chose en eux que vous admirez, enviez et ou convoitez en secret, et encensez-les.  Dites bien comme vous jalousez le boulot, le mariage ce fameux col roulé en cachemire. Oui, cette étape a tout de l’humiliation, mais qu’avez-vous à perdre ?

Cessez de vous apitoyer. Laissez tomber votre colère et vos défenses. Pardonnez, à vous comme aux autres. Dans une semaine, ils auront les yeux rivés sur votre cercueil et ils se sentiront mal. D’ici là vous pouvez bien leur faire une fleur.

Maintenant, il est temps de penser à votre mort. La chaleur douillette, la douce ivresse, votre film ou votre musique préférés en toile de fond.  Visualisez votre salle de bains étincelante et vos tiroirs vides.  Et puis imaginez le monde sans vous. Les mêmes embouteillages, les mêmes famines.  Les mêmes politiciens, et votre club de foot qui refuse d’arriver au sommet de sa division. Les gens vont vous oublier. Le monde va nous oublier. Vous n’êtes pas Kurt Cobain.

Alors, pourquoi ne pas allumer votre barbecue et faire griller un steak ?

Si vous avez respecté la règle du NDC à la lettre, il y a de grandes chances pour que tout cela vous indiffère. Vous serez entourés d’amis pour qui vous saurait enfin un type bien. Votre four saura propre, votre voiture dépoussiérée. Vous faites de la procrastination pour payer vos impôts, alors pourquoi pas pour mourir ? Surtout depuis que vous avez une coupe de cheveux au top.


Source : Men’s Health
Texte original en anglais : Live like you’re dying.

Citations

Vivez comme si vous alliez mourir demain. Apprenez comme si vous aviez l’éternité devant vous.
Mahatma Gandhi

« Il existe un curieux paradoxe : quand je m’accepte tel que je suis, alors je peux changer. » –
Carl Rogers

“Ce ne sont pas les événements qui vous arrivent qui détermineront jusqu’où vous irez dans votre vie, mais plutôt votre manière de gérer ces événements.”
Zig Ziglar

Tout ce qui vous immobilise, vous barre la route, vous empêche d’atteindre vos buts, tout cela vient de vous. Vous pouvez vous en débarrasser quand bon vous semble.
Dr. Wayne W. Dyer


Suite : Cette simple technique peut changer votre vie ! (2è partie)

La Mindfulness ou la pleine conscience consiste à ramener son attention sur l’instant présent. Il s’agit de porter délibérément attention aux choses qui sont là dans l’instant présent, sans les juger. Cela peut être nos sensations corporelles, les sons, les couleurs, ou les pensées qui naissent dans l’esprit.

Développer la pleine conscience permet de retrouver la capacité de contrôler notre mental et se concentrer là où on le souhaite sans se laisser distraire par des pensées automatiques. Il s’agit d’apprécier la plénitude de chaque moment que nous vivons et surtout, d’être en contact avec notre être dans sa plénitude.
Notre état de veille ordinaire est très limité et contraignant. La mindfulness nous aide à sortir de cet automatisme inconscient, nous donnant ainsi la possibilité de réaliser toutes nos capacités conscientes et inconscientes.

Il existe un intérêt croissant dans le monde scientifique pour toutes les techniques qui développent l’attention au présent, ceci depuis que des études ont montré leur efficacité lors de recherches cliniques sur plusieurs troubles psychiques.

Dans cette deuxième partie (Voir la première partie de ce billet <– clic), le Dr. Christophe André (éminent psychiatre et auteur, voir bibliographie ci-dessous) explique dans la vidéo ci-dessous l’efficacité de la Mindfulness dans le traitement de plusieurs pathologies et dans l’équilibrage et la stabilité émotionnelles. Il explique également, les principes de la pratique et comment dépasser les obstacles à la pratique.

Mindfulness & Compétence émotionnelle

La Mindfulness est l’une des techniques les plus efficaces pour développer une compétence émotionnelle.  Les deux événements  à venir au mois de novembre présenteront des techniques basées sur la Mindfulness pour la régulation émotionnelle et pour développer l’estime de soi. C.f. : les compétences émotionnelles (Stress et Régulation Emotionnelle <– clic) et l’estime de Soi (Estime de Soi et Réussite <– clic).

Plus d’info sur ces pages : http://www.innertech.eu/b2c_seminaires.html

http://www.innertech.eu/pages/emotions.html

http://www.innertech.eu/pages/estime.html

Pour être sûr(e) d’être informé(e) de la mise en ligne du prochain billet, vous pouvez vous inscrire gratuitement (si vous ne l’êtes pas déjà) à la lettre d’information Innertech Newsletter (La lettre de la Qualité de Vie, du Développement Personnel et du Coaching) en cliquant ici. D’ailleurs, vous recevrez gratuitement dès votre inscription un rapport électronique d’introduction à l’intelligence émotionnelle.

Bibliographie (corrigée)

Livres de Dr. Christophe André sur les émotions :

Les états d’âme : Un apprentissage de la sérénité
La force des émotions. Amour, colère, joie…

Livres du Pr. Jon Kabat-Zinn le créateur de la Mindfulness :

L’éveil des sens – Vivre l’instant présent grâce à la pleine conscience

Où tu vas, tu es – Apprendre à méditer pour se libérer du stress et des tensions profondes

Livres + CD Audio de pratique guidée de mindfulness  :

Méditer pour ne plus déprimer : La pleine conscience, une méthode pour vivre mieux (1CD audio)
Mediter + 1cd audio gratuit

Citations

“Considérez le temps que vous consacrez à la pratique méditative comme un temps en dehors du temps des horloges, un temps simplement pour être avec vous-même, et qui peut transformer votre vie.”

Jon Kabat-Zinn
Professeur en Médecine, créateur du MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction Program)


Cette simple technique peut changer votre vie !

Aujourd’hui il est reconnu que  les émotions affectent la santé physique, la santé mentale, le bien-être, les relations sociales et familiales. On parle d‘ailleurs de plus en plus des “maladies du stress”.

La technique de la Pleine Conscience (Mindfulness en anglais) permet de développer une compétence émotionnelle qui permet de se libérer du stress et de ses effets. Plusieurs études scientifiques ont validé l’efficacité de la Mindfulness dans plusieurs cas : dépression,  anxiété, et diverses pathologies.

Le Dr. Christophe André (éminent psychiatre et auteur, voir bibliographie ci-dessous) explique dans les vidéos ci-dessous ce qu’est la Mindfulness, ses origines, ainsi que ses bénéfices.

La semaine prochaine, suivront d’autres vidéos qui expliquent la pratique de la technique, les applications pour la thérapie et pour le développement personnel.

Pour être sûr(e) d’être informé(e) de la mise en ligne du prochain billet, vous pouvez vous inscrire gratuitement (si vous ne l’êtes pas déjà) à la lettre d’information Innertech Newsletter (La lettre de la Qualité de Vie, du Développement Personnel et du Coaching) en cliquant ici. D’ailleurs, vous recevrez gratuitement dès votre inscription un rapport électronique d’introduction à l’intelligence émotionnelle.

Mindfulness & Compétence émotionnelle

La Mindfulness est une des techniques efficaces pour développer une compétence émotionnelle.  Les deux événements  à venir au mois de novembre présenteront des techniques basées sur la Mindfulness pour la régulation émotionnelle et pour développer l’estime de soi. C.f. : les compétences émotionnelles (Stress et Régulation Emotionnelle <– clic) et l’estime de Soi (Estime de Soi et Réussite <– clic).

Plus d’info sur ces pages : http://www.innertech.eu/b2c_seminaires.html

http://www.innertech.eu/pages/emotions.html

http://www.innertech.eu/pages/estime.html

Bibliographie

Livres de Dr. Christophe André sur les émotions :

Les états d’âme : Un apprentissage de la sérénité

La force des émotions. Amour, colère, joie…

Livres du Pr. Jon Kabat-Zinn le créateur de la Mindfulness :

La force des émotions. Amour, colère, joie…

Où tu vas, tu es – Apprendre à méditer pour se libérer du stress et des tensions profondes

Livres + CD Audio de pratique guidée de mindfulness  :
Méditer pour ne plus déprimer : La pleine conscience, une méthode pour vivre mieux (1CD audio)

Mediter + 1cd audio gratuit

Citation

“Mindfulness :Etat de conscience qui résulte du fait de porter son attention, intentionnellement, au moment présent, sans juger, sur l’expérience qui se déploie moment après moment ».

Jon Kabat-Zinn
Professeur en Médecine, créateur du MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction Program)



[Vidéo] Le Bonheur : un don ou une compétence ?

Etant un scientifique (docteur en biologie cellulaire) engagé dans la recherche scientifique (recherche sur le fonctionnement du cerveau et des états de conscience)  et un maître Bouddhiste authentique, Matthieu Ricard réconcilie la science (neurosciences, psychologie, psychologie positive) avec des enseignements et des pratiques spirituelles séculaires. Il explique dans cette vidéo ce qu’est le bonheur authentique, comment le cultiver ainsi que l’essentiel des conclusions des travaux de recherche scientifique menés sur le bonheur.



Compétence émotionnelle

Les récents travaux dans le domaine de la psychologie (la psychologie positive et la psychologie des émotions) concordent sur le fait que le bonheur, le bien-être, et le fait d’avoir un état d’esprit positif est une compétence. D’ailleurs le terme intelligence émotionnelle tend de plus en plus à être remplacé par le terme “compétence émotionnelle.”

D’ailleurs, vous pouvez recevoir gratuitement un rapport électronique d’introduction à l’intelligence émotionnelle en vous inscrivant à la lettre d’information Innertech Newsletter (La lettre de la Qualité de Vie, du Développement Personnel et du Coaching) en cliquant ici.

A noter les deux événements  à venir au mois de novembre sur deux thèmes fondamentaux à la notion de bonheur : les compétences émotionnelles (Stress et Régulation Emotionnelle <– clic) et l’estime de Soi (Estime de Soi et Réussite <– clic).

Plus d’info sur ces pages : http://www.innertech.eu/b2c_seminaires.html

http://www.innertech.eu/pages/emotions.html

http://www.innertech.eu/pages/estime.html


Bibliographie

Si vous souhaitez approfondir les concepts et les techniques dont parle Matthieu Ricard dans cette vidéo et vous imprégnez davantage de sa sagesse et sa connaissance, sachez que Matthieu Ricard a écrit un certain nombre d’ouvrages qui parlent du bonheur et comment s’y entraîner. Ses livres sont toujours un bonheur à lire, on y retrouve sa clarté, son sens de l’humour et sa compassion qui le caractérisent.

Je ne peux que vous recommander les deux livres suivants (succincts, complets et très abordables) qui sont déjà des bestsellers internationaux :

L’art de la méditation : Pourquoi méditer ? Sur quoi ? Comment ?

Plaidoyer pour le bonheur

Pour ceux qui veulent remonter à l’origine authentique des enseignements Tibétains authentiques, il y a le nouveau livre de Matthieu Ricard (sorti il y a deux semaines) :

Chemins spirituels : Petite anthologie des plus beaux textes tibétains


Citation

« Le Bonheur n’est pas quelque chose qui nous arrive mais une compétence que nous développons !»
Mattieu Ricard


Avec la “Positive Visualization” le pouvoir est à vous !

J’ai choisi comme titre le slogan du personnage Oncle Tom dans la série humoristique Les Têtes à claques. Vous trouverez les épisodes Unbelievable Success dans mon billet précédent (clic).

“Es-tu tanné d’être un super loser ? … Ne désespère pas !…
Avec le programme Unbelievable Success tu vas apprendre  le secret de tous les big winners : la positive visualization.
Parce que c’est seulement en utilisant la positive visualization que tu vas obtenir tout ce que tu veux dans ta vie ! …
La positive visualization : il n’y a rien de plus puissant dans l’Univers ! …
Maintenant le pouvoir est à vous !”

Disait le personnage fictif Oncle Tom. Ce qui n’est pas du tout éloigné de certains discours et affirmations faites par certaines vraies personnes !

Mon but n’est pas d’invalider telle ou telle théorie ou de convaincre quiconque. Chacun est libre de ses croyances et chacun est capable de faire ses propres expériences.

Dans ce post j’aimerais apporter un éclairage sur les techniques de visualisation positive, la loi de l’attraction, le pouvoir de l’intention et les autres synonymes  de la même notion qu’on peut trouver par ci et par là.
Ces techniques sont connues depuis longtemps par les chercheurs en psychologie. Elles ont été mises en application par les coaches et les (vrais) spécialistes du développement personnel et de la psychologie positive avant d’arriver aujourd’hui au grand public par le biais de livres (plus ou moins répandus) et de certains orateurs, mais malheureusement pas sans la déformation et  la déficience habituelles.

L’évolution de la connaissance est intimement liée à l’évolution de l’Humanité

Dans l’univers des anciens Égyptiens, nous dit Koestler : “Les étoiles fixes étaient des lampes suspendues à la voûte céleste ou portées par d’autres dieux. Les planètes voguaient dans leurs bateaux personnels sur les canaux de la Voie lactée, soeur céleste du Nil. Vers le 15 de chaque mois, le dieu Lune était attaqué par une truie féroce, qui le dévorait en deux horribles semaines ; après quoi il renaissait. Parfois la truie l’avalait tout rond, provoquant une éclipse ; parfois un serpent avalait le Soleil, et c’était une éclipse pire encore…”

Les images des anciens pour décrire et expliquer les phénomènes célestes, sont poétiques, mais n’ont rien à voir avec la Vérité. Aujourd’hui, grâce à l’évolution de la science et la démocratisation de la connaissance et de l’éducation, même un enfant connait les raisons des phénomènes célestes.

Chez certaines personnes et certains “praticiens” la compréhension des mécanismes de développement personnel est semblable à celle des anciens Égyptiens.  En effet, elle met l’accent sur la poésie ou le côté surnaturel ou magique au lieu d’une compréhension profonde  et rationnelle basée sur un examen méthodique et des études rigoureuses.

Le Secret est qu’il n’y en a pas !

Souvent ce qui est qualifié de secret ou de mystère, dans une certaine culture, se rapporte à des choses que l’on ignore, que l’on ne peut expliquer ou que l’on ne peut gérer. La visualisation positive (et tous ses synonymes magiques et ésotériques) n’a rien de mystérieux, du moins avec les connaissances d’aujourd’hui provenant de la recherche dans le domaine de la psychologie.

Détermination d’objectif & approches orientées solution

La raison majeure de l’efficacité des techniques du genre Visualisation positive ou Loi de l’attraction est la focalisation sur un objectif. En effet, pour pouvoir visualiser ce que vous voulez ou pour “attirer” (j’utilise ce terme uniquement en référence aux inventeurs de la loi de l’attraction, mais en réalité il est abusif) ce que vous voulez, vous avez besoin de définir ce que vous voulez ! Donc, vous introduisez un changement (à 180°) dans votre perception et vous vous focalisez sur ce que vous voulez et abandonnez ce que vous ne voulez pas.

Le fait de déterminer un objectif crée trois types de changements ou de biais en vous :

1. Biais perceptif : Vous remarquez de plus en plus votre objectif ou tout ce qui s’y rapporte.   Exemple : vous voulez acheter un certain modèle de chaussures, dès que vous commencez à envisager l’achat de ce modèle, vous commencez à le remarquer de  plus en plus aux pieds des passants ou dans les vitrines. Vous avez l’impression que de plus en plus de personnes ont eu la même idée que vous et qu’ils vous imitent probablement, mais en réalité c’est votre perception qui a changé et commence à remarquer ce qu’elle ignorait auparavant.

2. Biais cognitif : Vous retenez plus facilement toutes les informations qui concernent votre objectif.

3. Biais comportemental : Vous mettez en place les actions qui favorisent la réussite de l’objectif.

Si les techniques de visualisation positive ou de loi de l’attraction et leurs clones ne fonctionnement pas pour vous c’est souvent à cause d’une mauvaise définition d’objectif. Les méthodes de détermination d’objectifs ont été abordées dans un des billets intitulé : Etes-vous en train de planifier à échouer ? (clic).

Approches systémiques, interactionnelles et stratégiques

Les approches interactionnelles et stratégiques de l’école de Palo Alto (approches systémiques, approches stratégiques, hypnose Ericksonienne, …) nous apprennent comment nos croyances et notre vision du monde créent notre vécu et comment le fait de changer notre perception change notre vécu.
Je vous invite à analyser la séquence suivante : J’entre dans un lieu, convaincu que les gens qui s’y trouvent me considéreront comme une personne désagréable, ou qu’ils auront carrément quelque chose contre moi. Ce préjugé me rendra rigide et méfiant. Changeons maintenant de perspective et voyons les choses du point de vue des personnes qui se trouvent dans le local : ils voient entrer quelqu’un qui les regarde avec méfiance, dont le comportement défensif semble être un refus, voire même une insulte à leur égard. Ils réagiront en se raidissant et en le regardant, à leur tour, avec suspicion. Le résultat final sera, pour moi, une confirmation du fait que je suis quelqu’un de désagréable que l’on rejette.
En réalité, il s’agit de ma part d’une construction, effet d’une conviction qu’à travers mes actions j’ai moi-même rendue “vraie”. La contre-preuve est fournie par la séquence inverse : j’entre dans le même endroit avec les mêmes personnes, convaincu d’être sympathique et de plaire aux autres ou, carrément, d’être très estimé. Poussé par une telle conviction, j’aurais naturellement une posture détendue et mon regard sera ouvert, en quête de contact. Les autres auront de moi l’impression d’une personne aimable, qui recherche la compagnie. Ils se sentiront donc honorés et gratifiés de mon attitude, à laquelle ils réagiront en miroir, en me renvoyant des signaux amicaux.
Le résultat, cette fois, sera la confirmation que je plais aux autres, parce qu’ils se sont montrés contents d’avoir affaire à moi.

Aucune magie ! Seulement l’effet d’une séquence interactive créée à partir de rien. Cette habilité nous permet de passer de la position à celui qui construit ce qu’il subit à  la position de celui qui construit ce qu’il gère !

Le Secret de tous les Secrets

Même si les techniques de visualisation positive ou de loi de l’attraction et leurs multiples déclinaisons sont efficaces (dans certaines conditions) elles sont loin d’être suffisantes pour atteindre la réussite ou devenir un winner ! En effet, les informations données ci-dessus démontrent que pour atteindre ses objectifs et les réussir il n’y a pas besoin d’un miracle ou d’une force mystérieuse de l’Univers mais essentiellement d’un processus sérieux, réfléchi  et adapté à vos besoins.
La voie de la réussite est une démarche rigoureuse de détermination d’objectif, de conception de votre plan d’action, de compréhension des causes de vos échecs, d’identification et de  libération de vos blocages et d’amélioration constante de vous-même : S’il y avait un Secret ce serait celui-ci !

Citation

« La vérité n’est rien d’autre que le dernier mensonge tenu pour vrai.»
Oscar Wilde


Etes-vous émotionnellement intelligent(e) ?

Les émotions jouent un rôle très important dans notre vie. En effet, les émotions ont un impact sur :

  • la performance au travail (prise de décisions, efficacité, qualité,…),
  • les relations sociales (conflits, entente, collaboration),
  • la santé mentale (dépression, anxiété, burn-out)
  • et la santé physique (comportements à risque, état physiologique et endocrinien).

Avoir une intelligence intellectuelle ne suffit pas pour réussir et avoir une bonne qualité de vie, l’intelligence émotionnelle (savoir gérer et utiliser ses émotions) est primordiale !

Développer son intelligence émotionnelle

Le développement de l’intelligence émotionnelle (appelée également compétence émotionnelle ou régulation émotionnelle) permet d’avoir une meilleure santé physique et mentale, des relations sociales plus harmonieuses et une meilleure efficacité au travail. La compétence émotionnelle passe par trois étapes :

  1. Savoir : connaître l’importance des émotions (c’est le but de cet article) et avoir les connaissances y afférentes
  2. Savoir-faire : acquérir et développer les habilités de gérer ses émotions pour l’accomplissement d’une tâche, d’un objectif précis
  3. Savoir-être : intégrer la compétence émotionnelle comme un état permanent et habituel qui peut s’exprimer dans toutes les situations du quotidien.

Développer sa conscience et ses connaissances émotionnelles (étape 1)

Cette première étape de “savoir émotionnel” est celle qui permettra l’acquisition des habilités émotionnelles (savoir-faire) et d’en faire une seconde nature (savoir-être). Les études montrent que la moitié des individus (50%) ignorent l’importance de leurs émotions !

L’étape du savoir émotionnel consiste à :

  • connaître la complexité et l’étendue des émotions
  • être conscient de ses propres émotions
  • être capable de les identifier
  • comprendre les causes et les conséquences des émotions
  • pouvoir exprimer ses émotions (d’une manière socialement acceptable)

Pour ce faire, je vous propose des outils (sous forme de questionnaires d’auto-évaluation) pour auto-évaluer votre conscience émotionnelle et vous aider à identifier vos émotions. Ces outils, faisant partie des supports délivrables de l’un de mes séminaires de développement personnel (Stress & Régulation émotionnelle), ils ne peuvent être mis sur internet (pour des raisons de copyright), mais seront envoyés automatiquement par email sous la forme d’un rapport électronique (e-report) pour toute personne qui le souhaite, en s’inscrivant à la liste Innertech Newsletter en cliquant ici.

Pour les personnes déjà inscrites à Innertech Newsletter, elles recevront automatiquement le rapport électronique (Intelligence & conscience émotionnelle) sans aucune démarche de leur part.

Pour aller plus loin en toute autonomie

Cette première étape de savoir émotionnel peut être explicitée et être tangible grâce à Intellact Life Map (cf. billet précédent : Connaissez-vous votre stratégie de vie ? )

Séminaires de développement personnel Stress & Régulation Emotionnelle” et “Réussite et Estime de Soi” des 1er et 2 mai 2010. Séminaires qui visent le développement de l’intelligence émotionnelle d’une manière très autonome par l’acquisition du savoir, savoir-faire et savoir-être nécessaires.

Citations

« Sans émotions, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l’apathie en mouvement.»
Carl Gustav Jung


Connaissez-vous votre stratégie de vie ? (suite)

Ce billet, fait suite à celui de la semaine dernière sur la stratégie de vie. Il est plus judicieux de commencer sa lecture avant de lire ce qui suit, en cliquant ici.

Intellact Life Map : La cartographie de la stratégie de vie

Un des outils les plus efficaces et les plus complets qui permettent de représenter, avec une simplicité déroutante, sa propre stratégie de vie dans une situation donnée est Intellact Life Map (www.intellact.lu). Ce concept est un concentré de plus de vingt ans de recherches dans divers domaines. Son créateur Martin Straus fait partie de ces rares personnes, qui peuvent allier synthèse, exhaustivité et simplicité. Le résultat est un concept simple et puissant qui permet à tout un chacun de comprendre le fonctionnement (ou plutôt le dysfonctionnement) de son propre système, de commencer à le maîtriser et d’y intégrer les informations justes et adéquates.
J’ai rencontré Martin Straus et il a accepté de m’accorder l’interview* ci-dessous, pour se présenter et expliquer le concept Intellact :

Interview première partie :

Interview seconde partie :

Voici quelques brefs extraits* de la formation Intellact qui illustrent quelques éléments théoriques et pratiques de ce concept :

Convergence : le Tout est plus grand que la somme des parties

Dans une démarche convergente qui caractérise chacune de mes activités, le concept Intellact & son créateur Martin Straus seront les invités spéciaux des deux séminaires de développement personnel Stress & Régulation Emotionnelle (<- clic)” et “Réussite et Estime de Soi (<- clic)” des 1er et 2 mai 2010.
Le concept intellact sera intégré en sus des autres techniques et théories dont foisonnent ces séminaires, pour donner aux participants plus de clés de compréhension et d’outils pratiques pour plus d’efficacité  et d’autonomie !
Pour ces deux séminaires de début mai, Martin Straus co-animera avec moi ces deux journées. Ce sera l’occasion de découvrir ses compétences, ses talents de pédagogue hors pair et son humour.
Pour plus de détails :
www.innertech.eu rubrique actualités (<- clic) ou bien rubrique Séminaires (<- clic) dans la section Life Coaching (<- clic) (ou développement personnel).

Avis aux intéressés : Une offre très spéciale vous attend pour un nombre de places limité !

*interview et montage par  Dr. Mäjed Chambah  pour innerblog.eu


Etes-vous en train de planifier à échouer ?

Transformez vos résolutions en Réussite (2)

Je n’écris pas par hasard la suite de mon billet (Cf. Transformez vos résolutions en réussite) sur les résolutions de la nouvelle année à ce moment précis. Si j’ai choisi de laisser s’écouler quatre semaines depuis le début de l’année pour continuer le travail sur les résolutions, c’est pour trois raisons essentielles :

1. Laisser assez de temps pour bien déterminer les résolutions du Nouvel An,

2. Laisser assez de temps pour démarrer ou essayer de mettre en place afin d’être plus conscient des difficultés, obstacles, tentations pour ne pas changer,…

3. Laisser assez de temps pour qu’il y ait d’éventuels abandons des résolutions !

Résolutions du Nouvel An

Une nouvelle année est souvent l’occasion pour la majorité des personnes, pour partir du bon pied, délaisser l’ancien et construire quelque chose de nouveau ou de tourner la page et de démarrer une nouvelle dans le chapitre de sa vie.
Or,
trois quarts des résolutions sont abandonnés vers la fin du mois de janvier !  Une résolution est un objectif à atteindre et sa détermination ne peut se faire à la légère.

Un adage Américain dit : “ If you fail the plan, you are planning to fail.”
Si vous échouez dans votre planification, vous êtes en train de planifier votre échec !

Pourquoi les résolutions du Nouvel An sont-elles vouées à l’échec ?

Un échec répété des résolutions peut mener à une résignation apprise, une sorte de défaitisme et une perte de confiance en ses capacités à réussir. Or, le problème ne réside pas dans les compétences de la personne mais dans la définition de ses résolutions. En effet, plusieurs erreurs peuvent être fatales quand il s’agit d’élaborer ses résolutions :

1. Objectifs non spécifiques : Exemple : “je vais perdre du poids” mais sans définir combien de kilos, comment et dans combien de temps !

2. Caractère obligatoire : Souvent vous pensez que vous devez faire quelque chose pour répondre à un besoin qui n’en est pas un ! Se baser sur ce que vous pensez devoir faire au lieu de faire ce que vous voulez faire est un très mauvais départ ! (voir Innerlife vs. Outerlife).

3. Manque de motivation ou persévérance : Le retour au travail après les fêtes, la survenues d’autres événements de la vie de tous les jours, entrainement souvent un état d’esprit différent qui engendre une baisse ou une disparition de la motivation et l’abandon du projet.

4. Mauvais timing / procrastination : attendre le début de l’année pour mettre en place des changements qui auraient dû se faire avant n’est pas forcément une bonne stratégie. L’année comporte 364 jours qui représentent autant d’opportunités pour créer un nouveau changement.

Etes-vous SMARTER ?

Qu’il soit d’ordre personnel ou professionnel, pour bien définir un objectif, il est essentiel qu’il soit SMARTER(*) :

S : Spécifique : définir le but en termes précis évitant toute ambiguité d’interprétation. Exemple : “je veux me sentir bien”, chacun à sa manière de se sentir bien, une telle formulation est non spécifique. “Je veux atteindre mon poids idéal pour me sentir bien” est une formulation spécifique.

M : Mesurable :  Utiliser un indice tangible pour définir l’objectif et mesurer l’avancement. Exemple : Atteindre un poids de 60 kgs.

A : Atteignable : Si vous planifiez d’éliminer 10 kgs en un mois, ce n’est peut être pas possible et vous êtes peut être en train de planifier votre échec !

R : Réaliste : Si vous comptez démarrer une formation qui a lieu tous les soirs à 150 kms de chez vous et que vous travaillez toute la journée et vous avez une famille à gérer, votre objectif est peut-être non-réaliste car il ne respecte pas vos contraintes et vos limites.

T : Limité dans le Temps : Déterminez un deadline, une échéance au projet, afin de le délimiter dans le temps et éviter la procrastination.

E : Ecologique : Assurez vous que votre projet soit bénéfique et qu’il ne nuit ni à vous, ni à vos proches ni à quiconque.

R : Représentable : Un objectif que vous ne pouvez pas vous représenter ou imaginer est un objectif auquel vous ne croyez même pas qu’il est

Prenez le temps de considérer vos résolutions, sont-elles SMARTER ?

Planifiez votre réussite !

Pour aller plus loin, démarrer un changement d’envergure (changement des habitudes alimentaires, méthodes de travail, changer de travail, changement familial,…) et se donner les moyens de rêver sa vie et vivre ses rêves, l’accompagnement par un Life et/ou Business Coach est souvent primordial et fait la différence entre ceux qui planifient leur réussite et ceux qui planifient leur échec ! En plus de vous aider à déterminer vos objectifs d’une manière précise et rigoureuse, un coach peut veiller à ce que vous n’abandonniez pas vos objectifs au moindre obstacle ou à la moindre difficulté rencontrée.

Le mot coach est utilisé aujourd’hui à toutes les sauces. La grande majorité des personnes l’utilisent sans saisir l’envergure de la mission et la déontologie d’une telle profession. Combien de fois ai-je entendu une personne dire à son ami ou collaborateur “je vais te coacher”, en sous entendant qu’ils vont les écouter, les conseiller ou les sermonner !

Or, contrairement à un parent ou un ami, un “vrai” coach est formé pour, non seulement, vous écouter, mais également, déclencher en vous la motivation de changer et de la maintenir, il peut être là également pour vous accompagner durant les périodes de changement afin de vous aider à surmonter vos insécurités et vos peurs.

Un autre avantage d’une démarche de coaching est de gagner en autonomie, comme le dit l’adage chinois :

“Donnez-lui un poisson vous le nourrissez un jour,
Apprenez-lui à pêcher vous le nourrissez toute sa vie !”

*: La Méthode SMARTER est une méthode basée sur le modèle SMART, enrichi par Dr. Mäjed Chambah par deux composantes E & R. L’introduction d’une dimension systémique et d’une dimension émotionnelle (QE) grâce aux composantes ER, enrichit le modèle de base composé uniquement de dimensions intellectuelles (QI), transformant ainsi la détermination d’objectif en une approche globale (QI, QE et Systémique) démultipliant ainsi l’efficacité d’une telle approche.