Développez vos ressources personnelles et préservez celles de la planète

homme arbre

Les interventions lors des séances de développement personnel et professionnel étant basées exclusivement sur une interaction verbale —pas d’intervention physique— le déroulement des séances par visioconférence est privilégié pour des raisons de gain de temps, d’économie, de flexibilité et par souci écologiquepas de temps ni d’énergie gaspillés dans les trajets et les bouchons, économie de carburant, pas d’émissions de CO2 tout en gardant la même efficacité d’intervention que les séances présentielles (comme le prouvent les études scientifiques)

Avec le développement technologique de notre époque, il n’y a plus besoin de connaissances particulières en informatique. Il suffit d’avoir accès à un ordinateur, une tablette ou un smartphone connecté à internet. Les interventions sont également possibles par audioconférence (téléphone).

De nouveaux horizons s’ouvrent, il devient ainsi possible de vous faire coacher sur le lieu de votre travail, à votre domicile ou lors de vos déplacements où que vous soyez.

Pour toutes ces raisons, la visioconférence et l’audioconférence représentent un mode efficace, économique et écologique de communication et de travail dans les domaine du coaching permettant également plus de proximité, d’efficacité et de flexibilité dans la relation d’aide.  Ainsi le développement des ressources personnelles de chacun se fait en préservant celles de la planète.

« La meilleure des solutions est celle qui est bénéfique pour tous les éléments du système considéré dans son intégralité. »
— Principe de base des approches systémiques et de la vision intégrale

Source : www.drchambah.pro

Publicités

A chacun sa planète !

Je partage avec vous un extrait du texte du journaliste québécois Richard Martineau :

Dans notre bulle

Dans sa chanson The Boy in the Bubble, tirée de son magnifique album Graceland, Paul Simon confronte la pauvreté d’un habitant du tiers-monde aux avancées technologiques hallucinantes dont jouissent les citoyens des pays riches.

«Ne pleure pas », dit-il à un enfant affamé qui se meurt dans la jungle. « Le monde est extraordinaire ».

«Grâce aux satellites, nous pouvons maintenant suivre chacun de nos mouvements au ralenti. Nous pouvons photographier des galaxies situées à des millions d’années-lumière de la Terre. Quelque part dans un hôpital ultramoderne, on a greffé un coeur de singe à un enfant.»

«Nous faisons des miracles, des merveilles, il n’y a jamais eu autant de millionnaires et de milliardaires.»

«Ne pleure pas, mon petit, ne pleure pas, ne pleure pas…»

La vie à deux vitesses

C’est la chanson qui me trottait dans la tête quand je regardais les terribles images provenant d’Haïti.

Ces gens vivent dans la misère la plus abjecte et nous les regardons souffrir sur notre télé géante HD stéréo, notre iPhone 3G et notre MacBook Pro.

Autour de 78 % de la population haïtienne vit avec moins de 2 $ par jour et nous avons Twitter et Internet haute vitesse.

C’est comme si nous vivions sur deux planètes différentes…

Source