Une nonagénaire : Les 45 leçons que la vie m’a enseignées

Ce texte a été écrit par Regina Brett, 90 ans, dans le journal « Plain Dealer » de Cleveland. Je tiens à vous le faire partager

« Pour célébrer la vieillesse, j’ai écrit 45 leçons que la vie m’a apprises. C’est la chronique la plus demandée que j’ai jamais écrite. Mon odomètre a passé les 90 en août. Voici donc cette chronique.
1. La vie n’est pas juste mais elle est quand même belle.
2. En cas de doute, il suffit de faire un petit pas de plus.
3. La vie est trop courte pour perdre son temps à haïr quelqu’un.
4. Votre travail ne prendra pas soin de vous lorsque vous serez malades. Vos amis et parents, le feront.
5. Remboursez vos cartes de crédit chaque mois.
6. Vous n’avez pas à gagner chaque discussion. Restez vrai avec vous-même.
7. Pleurez avec quelqu’un. C’est plus guérissant que de pleurer seul.
8. C’est correct d’être en colère contre Dieu. Il peut le supporter.
9. Épargnez pour la retraite à partir de votre premier chèque de paie.
10. Quand il s’agit de chocolat, la résistance est futile.
11. Faites la paix avec votre passé afin qu’il ne gâche pas le présent.
12. C’est correct que vos enfants vous voient pleurer.
13. Ne comparez pas votre vie à d’autres. Vous n’avez pas idée de ce qu’a été leur parcours.
14. Si une relation doit être secrète, vous ne devriez pas en faire partie.
15. Tout peut changer en un clin d’oeil. Mais ne vous inquiétez pas : Dieu ne cligne jamais des yeux.
16. Prenez une grande respiration. Ça calme l’esprit.
17. Débarrassez-vous de tout ce qui n’est pas utile. Le désordre vous alourdit.
18. Ce qui ne vous tue pas vous rend vraiment plus fort.
19. Il n’est jamais trop tard pour être heureux. Mais cela ne dépend que de vous et de personne d’autre.
20. Quand il s’agit de poursuivre ce que vous voulez vraiment dans la vie, n’acceptez pas «Non» comme réponse.
21. Faites brûler vos bougies, utilisez vos beaux draps, portez vos beaux déshabillés. Ne les gardez pas seulement pour une occasion spéciale. Aujourd’hui est spécial.
22. Préparez-vous plus que ce qu’il ne faut, ensuite laissez-vous aller.
23. Soyez excentriques maintenant. N’attendez pas la vieillesse pour porter du violet.
24. Le plus important organe sexuel est le cerveau.
25. Personne n’est responsable de votre bonheur, à part vous.
26. Abordez vos supposées catastrophes avec ces mots : «Dans cinq ans, est-ce que ça aura de l’importance?»
27. Choisissez toujours la vie.
28. Pardonnez mais n’oubliez pas.
29. Ce que les autres pensent de vous n’est pas de vos affaires.
30. Le temps guérit à peu près tout. Laissez du temps au temps.
31. Qu’elle soit bonne ou mauvaise, la situation va toujours changer.
32. Ne vous prenez pas trop au sérieux. Personne d’autre ne le fait.
33. Croyez aux miracles.
34. Dieu vous aime parce que c’est sa nature, et non pas en fonction de ce que vous avez fait ou pas fait.
35. Ne soyez pas spectateur dans la vie. Soyez présent et retirez-en le meilleur.
36. Devenir vieux n’est pas réjouissant mais cela vous évite le contraire : mourir jeune.
37. Vos enfants ont une seule enfance.
38. Tout ce qui a vraiment de l’importance à la fin, c’est que vous avez aimé.
39. Sortez tous les jours. Les miracles vous attendent partout.
40. Si nous jetions tous nos problèmes dans un tas et voyions tous ceux des autres, nous reprendrions volontiers les nôtres.
41. L’envie est une perte de temps. Appréciez ce que vous avez déjà et acceptez ce que vous n’avez pas.
42. Le meilleur est encore à venir.
43. Peu importe comment vous vous sentez, levez-vous, habillez-vous et allez-y.
44. Lâchez prise.
45. La vie n’est pas emballée avec un ruban mais elle est quand même un cadeau ».

Marre de la vie ? Lisez ceci d’abord !

Vous vous sentez piégé(e), bloqué(e) dans votre vie ? Vous avez l’impression que l’horizon est obscur et qu’il n’y pas d’issue ni de changement possible ? Je vous propose un texte écrit par l’auteur américain Chuck Palahniuk. Même si son nom vous est peut-être inconnu, ses oeuvres le sont beaucoup moins. Notamment son livre Fight Club qui a été porté au cinéma par le metteur en scène David Fincher (avec Edward Norton et Brad Pitt).

Vivez comme si vous alliez mourir

Vivez comme si vous deviez mourir

En dehors de faire du sport et de manger sainement, je m’impose tentative de suicide à peu près tous les deux ans. Les petites filles avaient mariage idéal, avec robe princesse et vol de colombes.  Moi, depuis que je suis petit, je prépare mon suicide parfait.

J’ai une image précise du résultat :  Ni coup de feu, ni pendaison, ni vol plané du haut du Chrysler Building. Rien de spectaculaire. Je tiens à être un cadavre impeccable. Quand j’étais journaliste, je couvrais régulièrement le même fait divers.  Tous les membres d’une famille retrouvés morts à cause d’un barbecue utilisé comme chauffage d’appoint.  à chaque fois, le monoxyde de carbone avait eu raison d’eux pendant leur sommeil,  et j’étais sur place en même temps que la police et les premiers secours. Papa, maman et les enfants, allongés sur leur lit :  des trépassés magnifiques, paisibles. Aucune trace de rictus, de vomissures, ou de  spasmes :  leurs visages lisses et si détendus qu’ils semblaient dormir.

Pour moi, c’est la meilleure façon de partir. Habitant un état où il est totalement légal de choisir le jour de son départ, je suis peut-être un peu partial sur le sujet.  J’ai eu l’occasion d’assister à une de ces soirées d’adieu ou phénobarbital remplace le champagne.  Je n’y connaissais personne, pas même l’hôte, condamné par un cancer du côlon. Une amie d’amis m’avait téléphoné en pleurs et supplié de l’accompagner, sous prétexte de que se rendre en solo à un tel événement était déplacé et pathétique.  Bizarrement, ni Judith Martin, ni Emily Post ni Amy Vanderbilt n’ont défini les codes de la bienséance en pareille occasion :  quels  vêtements porter, quels cadeaux offrir, comment s’adresser un mourant inconnu ?

Pire, ce n’est qu’au moment où les convives ont été invités à joindre les mains et à allumer des bougies que j’ai pris conscience du caractère « définitif » de la soirée.  Ce fut ce que j’appellerai ma « blind-date » avec la mort.

Le suicide est une tendance lourde de nos jours. Chaque année aux États-Unis, quelque 26000 hommes se donnent la mort.  Certains, bien plus intelligents ou courageux que vous et moi. Hunter S. Thompson, Kurt Cobain, Spalding Gray, David Foster Wallace.  Ils étaient accomplis, riches, talentueux, et ils nous manquent.

Quoi qu’il en soit, si vous décidez de faire le grand saut, je vous demanderai une seule chose :  attendre sept jours.   Pendant cette ultime semaine, suivez la règle du NDC.  Pas d’inquiétude, ça ira vite.  Comme les derniers jours passés dans job qu’on déteste,  chaque moment serein nimbé de nostalgie,  adouci d’être un mort en puissance.  Le film est presque fini, et le temps presse.

Commencez par “N” comme nettoyage.  Nettoyez votre salle de bains, votre voiture, faites la lessive, blanchissez les joints, nettoyaient derrière le frigo, les vitres.  Il faut que ça brille.

“D”  comme  débarrasser.  Triez vos papiers et ne gardez que les plus importants.  Idem pour vos placards et vos affaires personnelles :  ne gardez que ce qui compte vraiment.  Le reste, donnez-le ou détruisez-le. Mettez vos secrets et vos souvenirs à la benne à ordures.  Faites de même avec l’armoire à pharmacie et le frigo.  Et puis offrez-vous une belle coupe de cheveux.  Ne vous fiez pas à la croyance populaire :  les cheveux humains ne poussent pas après la mort. Alors, autant être à son avantage. Chouchoutez-vous,  vous avez ma permission. Ce ne sont pas les grands désastres qui nous écrasent. Imaginons que les aliens  débarquent, ou que les zombies dévoreurs de chair humaine attaquent.  La plupart des hommes enfileront leur veste et se jetteront dans la mêlée.  Même un tremblement de terre où un incendie constituent parfois un agréable changement de rythme.  Non, ce qui nous opprime, ce sont les tickets de parking.  La nourriture avariée dans le frigo.  Les  fringues sales au fond du panier à linge  qui n’ont pas vu la lumière du jour depuis 1995.  Une fois que vous avez laissé ces plaies du quotidien s’accumuler, vous êtes foutu.  D’où le “D” de débarrasser.  Si vous pouvez vous raser, vous pouvez vivre.

Enfin, “C”  comme contacter.  Contactez toutes vos connaissances et dites-leur quelque chose de gentil. Même si vous ne pouvez pas les supporter, abandonner toute aigreur. Trouver quelque chose en eux que vous admirez, enviez et ou convoitez en secret, et encensez-les.  Dites bien comme vous jalousez le boulot, le mariage ce fameux col roulé en cachemire. Oui, cette étape a tout de l’humiliation, mais qu’avez-vous à perdre ?

Cessez de vous apitoyer. Laissez tomber votre colère et vos défenses. Pardonnez, à vous comme aux autres. Dans une semaine, ils auront les yeux rivés sur votre cercueil et ils se sentiront mal. D’ici là vous pouvez bien leur faire une fleur.

Maintenant, il est temps de penser à votre mort. La chaleur douillette, la douce ivresse, votre film ou votre musique préférés en toile de fond.  Visualisez votre salle de bains étincelante et vos tiroirs vides.  Et puis imaginez le monde sans vous. Les mêmes embouteillages, les mêmes famines.  Les mêmes politiciens, et votre club de foot qui refuse d’arriver au sommet de sa division. Les gens vont vous oublier. Le monde va nous oublier. Vous n’êtes pas Kurt Cobain.

Alors, pourquoi ne pas allumer votre barbecue et faire griller un steak ?

Si vous avez respecté la règle du NDC à la lettre, il y a de grandes chances pour que tout cela vous indiffère. Vous serez entourés d’amis pour qui vous saurait enfin un type bien. Votre four saura propre, votre voiture dépoussiérée. Vous faites de la procrastination pour payer vos impôts, alors pourquoi pas pour mourir ? Surtout depuis que vous avez une coupe de cheveux au top.


Source : Men’s Health
Texte original en anglais : Live like you’re dying.

Citations

Vivez comme si vous alliez mourir demain. Apprenez comme si vous aviez l’éternité devant vous.
Mahatma Gandhi

« Il existe un curieux paradoxe : quand je m’accepte tel que je suis, alors je peux changer. » –
Carl Rogers

“Ce ne sont pas les événements qui vous arrivent qui détermineront jusqu’où vous irez dans votre vie, mais plutôt votre manière de gérer ces événements.”
Zig Ziglar

Tout ce qui vous immobilise, vous barre la route, vous empêche d’atteindre vos buts, tout cela vient de vous. Vous pouvez vous en débarrasser quand bon vous semble.
Dr. Wayne W. Dyer


Suite : Cette simple technique peut changer votre vie ! (2è partie)

La Mindfulness ou la pleine conscience consiste à ramener son attention sur l’instant présent. Il s’agit de porter délibérément attention aux choses qui sont là dans l’instant présent, sans les juger. Cela peut être nos sensations corporelles, les sons, les couleurs, ou les pensées qui naissent dans l’esprit.

Développer la pleine conscience permet de retrouver la capacité de contrôler notre mental et se concentrer là où on le souhaite sans se laisser distraire par des pensées automatiques. Il s’agit d’apprécier la plénitude de chaque moment que nous vivons et surtout, d’être en contact avec notre être dans sa plénitude.
Notre état de veille ordinaire est très limité et contraignant. La mindfulness nous aide à sortir de cet automatisme inconscient, nous donnant ainsi la possibilité de réaliser toutes nos capacités conscientes et inconscientes.

Il existe un intérêt croissant dans le monde scientifique pour toutes les techniques qui développent l’attention au présent, ceci depuis que des études ont montré leur efficacité lors de recherches cliniques sur plusieurs troubles psychiques.

Dans cette deuxième partie (Voir la première partie de ce billet <– clic), le Dr. Christophe André (éminent psychiatre et auteur, voir bibliographie ci-dessous) explique dans la vidéo ci-dessous l’efficacité de la Mindfulness dans le traitement de plusieurs pathologies et dans l’équilibrage et la stabilité émotionnelles. Il explique également, les principes de la pratique et comment dépasser les obstacles à la pratique.

Mindfulness & Compétence émotionnelle

La Mindfulness est l’une des techniques les plus efficaces pour développer une compétence émotionnelle.  Les deux événements  à venir au mois de novembre présenteront des techniques basées sur la Mindfulness pour la régulation émotionnelle et pour développer l’estime de soi. C.f. : les compétences émotionnelles (Stress et Régulation Emotionnelle <– clic) et l’estime de Soi (Estime de Soi et Réussite <– clic).

Plus d’info sur ces pages : http://www.innertech.eu/b2c_seminaires.html

http://www.innertech.eu/pages/emotions.html

http://www.innertech.eu/pages/estime.html

Pour être sûr(e) d’être informé(e) de la mise en ligne du prochain billet, vous pouvez vous inscrire gratuitement (si vous ne l’êtes pas déjà) à la lettre d’information Innertech Newsletter (La lettre de la Qualité de Vie, du Développement Personnel et du Coaching) en cliquant ici. D’ailleurs, vous recevrez gratuitement dès votre inscription un rapport électronique d’introduction à l’intelligence émotionnelle.

Bibliographie (corrigée)

Livres de Dr. Christophe André sur les émotions :

Les états d’âme : Un apprentissage de la sérénité
La force des émotions. Amour, colère, joie…

Livres du Pr. Jon Kabat-Zinn le créateur de la Mindfulness :

L’éveil des sens – Vivre l’instant présent grâce à la pleine conscience

Où tu vas, tu es – Apprendre à méditer pour se libérer du stress et des tensions profondes

Livres + CD Audio de pratique guidée de mindfulness  :

Méditer pour ne plus déprimer : La pleine conscience, une méthode pour vivre mieux (1CD audio)
Mediter + 1cd audio gratuit

Citations

“Considérez le temps que vous consacrez à la pratique méditative comme un temps en dehors du temps des horloges, un temps simplement pour être avec vous-même, et qui peut transformer votre vie.”

Jon Kabat-Zinn
Professeur en Médecine, créateur du MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction Program)


Cette simple technique peut changer votre vie !

Aujourd’hui il est reconnu que  les émotions affectent la santé physique, la santé mentale, le bien-être, les relations sociales et familiales. On parle d‘ailleurs de plus en plus des “maladies du stress”.

La technique de la Pleine Conscience (Mindfulness en anglais) permet de développer une compétence émotionnelle qui permet de se libérer du stress et de ses effets. Plusieurs études scientifiques ont validé l’efficacité de la Mindfulness dans plusieurs cas : dépression,  anxiété, et diverses pathologies.

Le Dr. Christophe André (éminent psychiatre et auteur, voir bibliographie ci-dessous) explique dans les vidéos ci-dessous ce qu’est la Mindfulness, ses origines, ainsi que ses bénéfices.

La semaine prochaine, suivront d’autres vidéos qui expliquent la pratique de la technique, les applications pour la thérapie et pour le développement personnel.

Pour être sûr(e) d’être informé(e) de la mise en ligne du prochain billet, vous pouvez vous inscrire gratuitement (si vous ne l’êtes pas déjà) à la lettre d’information Innertech Newsletter (La lettre de la Qualité de Vie, du Développement Personnel et du Coaching) en cliquant ici. D’ailleurs, vous recevrez gratuitement dès votre inscription un rapport électronique d’introduction à l’intelligence émotionnelle.

Mindfulness & Compétence émotionnelle

La Mindfulness est une des techniques efficaces pour développer une compétence émotionnelle.  Les deux événements  à venir au mois de novembre présenteront des techniques basées sur la Mindfulness pour la régulation émotionnelle et pour développer l’estime de soi. C.f. : les compétences émotionnelles (Stress et Régulation Emotionnelle <– clic) et l’estime de Soi (Estime de Soi et Réussite <– clic).

Plus d’info sur ces pages : http://www.innertech.eu/b2c_seminaires.html

http://www.innertech.eu/pages/emotions.html

http://www.innertech.eu/pages/estime.html

Bibliographie

Livres de Dr. Christophe André sur les émotions :

Les états d’âme : Un apprentissage de la sérénité

La force des émotions. Amour, colère, joie…

Livres du Pr. Jon Kabat-Zinn le créateur de la Mindfulness :

La force des émotions. Amour, colère, joie…

Où tu vas, tu es – Apprendre à méditer pour se libérer du stress et des tensions profondes

Livres + CD Audio de pratique guidée de mindfulness  :
Méditer pour ne plus déprimer : La pleine conscience, une méthode pour vivre mieux (1CD audio)

Mediter + 1cd audio gratuit

Citation

“Mindfulness :Etat de conscience qui résulte du fait de porter son attention, intentionnellement, au moment présent, sans juger, sur l’expérience qui se déploie moment après moment ».

Jon Kabat-Zinn
Professeur en Médecine, créateur du MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction Program)



Connaissez-vous votre stratégie de vie ? (suite)

Ce billet, fait suite à celui de la semaine dernière sur la stratégie de vie. Il est plus judicieux de commencer sa lecture avant de lire ce qui suit, en cliquant ici.

Intellact Life Map : La cartographie de la stratégie de vie

Un des outils les plus efficaces et les plus complets qui permettent de représenter, avec une simplicité déroutante, sa propre stratégie de vie dans une situation donnée est Intellact Life Map (www.intellact.lu). Ce concept est un concentré de plus de vingt ans de recherches dans divers domaines. Son créateur Martin Straus fait partie de ces rares personnes, qui peuvent allier synthèse, exhaustivité et simplicité. Le résultat est un concept simple et puissant qui permet à tout un chacun de comprendre le fonctionnement (ou plutôt le dysfonctionnement) de son propre système, de commencer à le maîtriser et d’y intégrer les informations justes et adéquates.
J’ai rencontré Martin Straus et il a accepté de m’accorder l’interview* ci-dessous, pour se présenter et expliquer le concept Intellact :

Interview première partie :

Interview seconde partie :

Voici quelques brefs extraits* de la formation Intellact qui illustrent quelques éléments théoriques et pratiques de ce concept :

Convergence : le Tout est plus grand que la somme des parties

Dans une démarche convergente qui caractérise chacune de mes activités, le concept Intellact & son créateur Martin Straus seront les invités spéciaux des deux séminaires de développement personnel Stress & Régulation Emotionnelle (<- clic)” et “Réussite et Estime de Soi (<- clic)” des 1er et 2 mai 2010.
Le concept intellact sera intégré en sus des autres techniques et théories dont foisonnent ces séminaires, pour donner aux participants plus de clés de compréhension et d’outils pratiques pour plus d’efficacité  et d’autonomie !
Pour ces deux séminaires de début mai, Martin Straus co-animera avec moi ces deux journées. Ce sera l’occasion de découvrir ses compétences, ses talents de pédagogue hors pair et son humour.
Pour plus de détails :
www.innertech.eu rubrique actualités (<- clic) ou bien rubrique Séminaires (<- clic) dans la section Life Coaching (<- clic) (ou développement personnel).

Avis aux intéressés : Une offre très spéciale vous attend pour un nombre de places limité !

*interview et montage par  Dr. Mäjed Chambah  pour innerblog.eu


Quel est le plumage de votre entourage ?

Dans certains cas, les personnes trouvent qu’il est difficile de changer. Leur difficulté ne consiste pas à introduire le changement souhaité, mais à persévérer dans le nouveau comportement.

Vous voulez changer ? Commencez par changer votre environnement !

Dans ce cas, il faudrait examiner l’environnement dans lequel vous évoluez : le contexte, les lieux, la mentalité ambiante, le genre de personnes que vous fréquentez, la pression exercée par l’environnement, etc. Observez si votre environnement et les personnes qui vous entourent ont une influence positive sur la réussite de votre objectif ou plutôt une influence négative.

Il est quasiment impossible pour un toxicomane d’arrêter de se droguer, s’il continue à être entouré par d’autres toxicomanes et à fréquenter les mêmes endroits où l’on sait qu’il peut craquer à tout moment et céder aux sollicitations.

Il en est de même pour une personne qui veut introduire de la positivité et de l’espoir dans sa vie pour réussir ses projets. Si elle continue à fréquenter des personnes négatives qui minent son estime de soi et qui la rabaissent, ses efforts seront sabordés.

Une personne qui veut arrêter de fumer aura plus de facilité dans sa démarche, en arrêtant de prendre sa pause avec les mêmes collègues fumeurs et en fréquentant des non-fumeurs.

Il est bien évident que si on veut changer, il faudrait bien qu’il y ait un changement quelque part ! Souvent changer d’environnement facilitera la démarche facilitera la mise en place de nouveaux comportements.

C’est la raison pour laquelle il est souvent conseillé de partir de son domicile et de sa région (même pour une région voisine) ne serait-ce que pour quelques jours durant les vacances. Changer de contexte, d’environnement, de personnes permet de sortir de la routine, de questionner ses habitudes ancrées et de mettre en place des nouveaux comportements.

Même les travaux de  recherche scientifique dans le domaine de la biologie ont démontré que la seule différence entre une cellule qui forme du muscle ou une cellule forme de l’os était l’environnement dans lequel la cellule évoluait !

Quel est le plumage de votre entourage ?

Quand une personne décide de changer, une réaction souvent “naturelle” de la part des personnes de son entourage (son groupe d’appartenance) consiste à la dissuader et la retenir. Au niveau systémique, le groupe (qui est doté de sa propre conscience) “n’aime pas” qu’un membre le quitte pour un autre groupe (préceptes, culture, religion, niveau éducation, niveau social, etc.). En plus de cette résistance systémique, certaines personnes de votre entourage vont commencer à nourrir une certaine jalousie (la jalousie est l’un des fléaux omniprésents aujourd’hui dans notre société que ce soit dans la sphère privée ou la sphère professionnelle) dès que vous commencez à envisager un changement dans votre vie. La jalousie n’est que le reflet du sentiment d’impuissance et de nullité que la personne nourrit vis-à-vis d’elle-même. La réussite d’une personne lui renvoie sa propre médiocrité et à quel point son mode de vie et ses choix sont erronés.

Comment échapper à ces tentatives de sabordage? En établissant des relations avec des personnes qui ont déjà accompli le changement que vous désirez (groupe de référence). Ainsi, ce lien avec ce groupe de référence vous facilitera la transition et va vous tirer vers le changement souhaité. C’est l’un des meilleurs moyens pour persévérer dans vos nouveaux comportements.

La règle implicite est que vous finirez par ressembler à ceux que vous fréquentez, tôt ou tard.

Ce n’est pas un hasard que l’importance de l’environnement et des fréquentations est présente dans quasiment toutes les cultures, sous la forme d’adage, de poème ou de métaphore :

“Birds of the same feather floak together” (Proverbe anglais)

“Oiseaux de même plumage, s’assemblent sur le même rivage” (et ont le même ramage !)

“Ceux qui se ressemblent s’assemblent”

“Ne fréquente personne qui n’est à la hauteur de ta vertu” Confucius.

“Dis-moi qui est ton compagnon, je te dirais qui tu es.” Proverbe tunisien.

Fréquente le parfumeur tu sentiras aussi bon que lui. Fréquente le charbonnier tu seras aussi maculé que lui.” Proverbe Soufi.

L’homme malchanceux désire ardemment la ruine
De l’homme heureux et fortuné.
La chauve-souris ne voit pas la lumière du jour ;
Est-ce la faute des rayons du soleil ?
En vérité, il vaut mieux qu’il y ait des
Milliers d’yeux semblables, plutôt qu’un
Soleil éteint
” Saadi.

Etes-vous en train de planifier à échouer ?

Transformez vos résolutions en Réussite (2)

Je n’écris pas par hasard la suite de mon billet (Cf. Transformez vos résolutions en réussite) sur les résolutions de la nouvelle année à ce moment précis. Si j’ai choisi de laisser s’écouler quatre semaines depuis le début de l’année pour continuer le travail sur les résolutions, c’est pour trois raisons essentielles :

1. Laisser assez de temps pour bien déterminer les résolutions du Nouvel An,

2. Laisser assez de temps pour démarrer ou essayer de mettre en place afin d’être plus conscient des difficultés, obstacles, tentations pour ne pas changer,…

3. Laisser assez de temps pour qu’il y ait d’éventuels abandons des résolutions !

Résolutions du Nouvel An

Une nouvelle année est souvent l’occasion pour la majorité des personnes, pour partir du bon pied, délaisser l’ancien et construire quelque chose de nouveau ou de tourner la page et de démarrer une nouvelle dans le chapitre de sa vie.
Or,
trois quarts des résolutions sont abandonnés vers la fin du mois de janvier !  Une résolution est un objectif à atteindre et sa détermination ne peut se faire à la légère.

Un adage Américain dit : “ If you fail the plan, you are planning to fail.”
Si vous échouez dans votre planification, vous êtes en train de planifier votre échec !

Pourquoi les résolutions du Nouvel An sont-elles vouées à l’échec ?

Un échec répété des résolutions peut mener à une résignation apprise, une sorte de défaitisme et une perte de confiance en ses capacités à réussir. Or, le problème ne réside pas dans les compétences de la personne mais dans la définition de ses résolutions. En effet, plusieurs erreurs peuvent être fatales quand il s’agit d’élaborer ses résolutions :

1. Objectifs non spécifiques : Exemple : “je vais perdre du poids” mais sans définir combien de kilos, comment et dans combien de temps !

2. Caractère obligatoire : Souvent vous pensez que vous devez faire quelque chose pour répondre à un besoin qui n’en est pas un ! Se baser sur ce que vous pensez devoir faire au lieu de faire ce que vous voulez faire est un très mauvais départ ! (voir Innerlife vs. Outerlife).

3. Manque de motivation ou persévérance : Le retour au travail après les fêtes, la survenues d’autres événements de la vie de tous les jours, entrainement souvent un état d’esprit différent qui engendre une baisse ou une disparition de la motivation et l’abandon du projet.

4. Mauvais timing / procrastination : attendre le début de l’année pour mettre en place des changements qui auraient dû se faire avant n’est pas forcément une bonne stratégie. L’année comporte 364 jours qui représentent autant d’opportunités pour créer un nouveau changement.

Etes-vous SMARTER ?

Qu’il soit d’ordre personnel ou professionnel, pour bien définir un objectif, il est essentiel qu’il soit SMARTER(*) :

S : Spécifique : définir le but en termes précis évitant toute ambiguité d’interprétation. Exemple : “je veux me sentir bien”, chacun à sa manière de se sentir bien, une telle formulation est non spécifique. “Je veux atteindre mon poids idéal pour me sentir bien” est une formulation spécifique.

M : Mesurable :  Utiliser un indice tangible pour définir l’objectif et mesurer l’avancement. Exemple : Atteindre un poids de 60 kgs.

A : Atteignable : Si vous planifiez d’éliminer 10 kgs en un mois, ce n’est peut être pas possible et vous êtes peut être en train de planifier votre échec !

R : Réaliste : Si vous comptez démarrer une formation qui a lieu tous les soirs à 150 kms de chez vous et que vous travaillez toute la journée et vous avez une famille à gérer, votre objectif est peut-être non-réaliste car il ne respecte pas vos contraintes et vos limites.

T : Limité dans le Temps : Déterminez un deadline, une échéance au projet, afin de le délimiter dans le temps et éviter la procrastination.

E : Ecologique : Assurez vous que votre projet soit bénéfique et qu’il ne nuit ni à vous, ni à vos proches ni à quiconque.

R : Représentable : Un objectif que vous ne pouvez pas vous représenter ou imaginer est un objectif auquel vous ne croyez même pas qu’il est

Prenez le temps de considérer vos résolutions, sont-elles SMARTER ?

Planifiez votre réussite !

Pour aller plus loin, démarrer un changement d’envergure (changement des habitudes alimentaires, méthodes de travail, changer de travail, changement familial,…) et se donner les moyens de rêver sa vie et vivre ses rêves, l’accompagnement par un Life et/ou Business Coach est souvent primordial et fait la différence entre ceux qui planifient leur réussite et ceux qui planifient leur échec ! En plus de vous aider à déterminer vos objectifs d’une manière précise et rigoureuse, un coach peut veiller à ce que vous n’abandonniez pas vos objectifs au moindre obstacle ou à la moindre difficulté rencontrée.

Le mot coach est utilisé aujourd’hui à toutes les sauces. La grande majorité des personnes l’utilisent sans saisir l’envergure de la mission et la déontologie d’une telle profession. Combien de fois ai-je entendu une personne dire à son ami ou collaborateur “je vais te coacher”, en sous entendant qu’ils vont les écouter, les conseiller ou les sermonner !

Or, contrairement à un parent ou un ami, un “vrai” coach est formé pour, non seulement, vous écouter, mais également, déclencher en vous la motivation de changer et de la maintenir, il peut être là également pour vous accompagner durant les périodes de changement afin de vous aider à surmonter vos insécurités et vos peurs.

Un autre avantage d’une démarche de coaching est de gagner en autonomie, comme le dit l’adage chinois :

“Donnez-lui un poisson vous le nourrissez un jour,
Apprenez-lui à pêcher vous le nourrissez toute sa vie !”

*: La Méthode SMARTER est une méthode basée sur le modèle SMART, enrichi par Dr. Mäjed Chambah par deux composantes E & R. L’introduction d’une dimension systémique et d’une dimension émotionnelle (QE) grâce aux composantes ER, enrichit le modèle de base composé uniquement de dimensions intellectuelles (QI), transformant ainsi la détermination d’objectif en une approche globale (QI, QE et Systémique) démultipliant ainsi l’efficacité d’une telle approche.

Dirty, Sexy… Money (1)

DirtySexy… Money (1)
Les “secrets” de l’argent et de la richesse

Quelles sont les pensées et les idées qui vous viennent spontanément à l’esprit quand vous pensez à l’argent ?

Est-il la racine du mal ? La clé du bonheur ? donne-t-il du pouvoir ? attise-t-il la convoitise et la jalouse. L’argent change-t-il la personnalité de celui qui en a ou de celui qui en manque ? Est-il un indicateur de réussite ? L’argent est-il sale ? Faut-il être sans scrupules pour s’enrichir ? Faut-il peiner pour gagner de l’argent ? L’argent est-il volatile ?

A chacun son lot d’idées préconçues concernant l’argent, mais ce qui est sûr, c’est que l’argent est l’un des rares concepts qui ne laissent personne indifférent à son sujet. Et c’est probablement le concept qui a le plus de croyances et d’idées erronées à son sujet, et ce, dans presque toutes les cultures !

En effet, si l’on définit l’argent d’une manière objective, il n’est qu’une monnaie d’échange, un moyen créé par l’homme, depuis la nuit des temps, pour pouvoir effectuer ses transactions commerciales. En effet, le système rudimentaire du troc ayant d’innombrables inconvénients (difficulté d’évaluation de la valeur des marchandises, certains produits agricoles, étant saisonniers ils ne peuvent être troqués contre des produits qui ne sont disponibles que durant une autre période de l’année, etc.)  l’homme a mis en place une valeur d’échange représentée par la monnaie.

Etant une monnaie d’échange, l’argent est en réalité neutre comme le dit l’adage populaire “L’argent n’a pas d’odeur”. Par conséquent, l’argent est un facilitateur, il donne une plus grande liberté d’entreprendre, plus de choix d’action, point final ! L’argent en soi n’a aucun pouvoir en soi ! Ce sont les gens qui lui cèdent leur pouvoir ! Ils autorisent les autres (et non l’argent) à les acheter, les corrompre. Ce sont les gens qui choisissent d’abandonner leurs principes contre une certaine somme d’argent. L’argent n’y est pour rien ! Ce n’est qu’un objet inanimé, d’ailleurs aujourd’hui avec l’argent électronique il devient même virtuel, avec une réalité physique décroissante (sur votre compte bancaire, il ne s’agit que de chiffres, quand vous payez par chèque ou par carte bancaire,  des chiffres sont transférés d’un compte vers un autre).

Toutes les actions, les conséquences et les méfaits imputés à l’argent,  n’ont en réalité rien à voir avec l’argent. La responsabilité revient aux personnes qui ont effectué ces méfaits. La même chose s’applique aux beaux concepts attribués à l’argent. En effet, les grandes et belles choses réalisées, sont dues aux personnes qui les ont réalisées, à leurs idées et à leur détermination à réussir leurs projets, l’argent n’étant qu’un outil qui ne peut agir de son propre gré.

Beaucoup de personnes n’entreprennent rien dans leur vie, sous le prétexte qu’ils n’ont pas ce sésame rare et précieux qu’est l’argent. Ces personnes se disent victimes du système, elles envient la “chance” ou la “bonne étoile” de ceux qui ont réussi. Ces “victimes” n’ont pas conscience que leurs vies « limitées » ne sont pas dues au manque d’argent, mais au manque de responsabilité et de courage, donc à leurs propres comportements et vision erronées. Étant donné qu’elles imputent leurs échecs à un concept extérieur (l’argent), ces victimes abandonnent leur pouvoir de changer et de réussir (Cf. Innerlife vs. Outerlife).

D’aucuns se donnent comme objectif de vie de devenir riches ! Or, devenir riche ou célèbre (point final) ne peut constituer un projet de vie ! Il n’y a rien de mal dans le fait de vouloir être riche, mais cela n’est nullement un objectif ! C’est une conséquence de l’atteinte d’un objectif concret. Toutes les études menées sur les personnes qui ont réussi ont démontré qu’elles avaient toutes un projet concret à réaliser et c’est la concrétisation de ce projet qui les a rendues riches. C’est l’un des plus grands “secrets” de la réussite. J’utilise le terme secret, non pas pour ajouter un effet mystique, mais, car c’est un principe largement ignoré de la grande majorité.

Pour réussir, il est primordial de développer une vision objective libre de tous les filtres réformateurs de la croyance et de l’héritage culturel familial, pour commencer à avoir une nouvelle expérience de l’argent. Tant que vous avez vos filtres déformateurs, c’est comme si vous essayez de vous déplacer dans un labyrinthe fait de formes géométriques en regardant à travers mettant des lunettes déformantes. Difficile, dans ces conditions d’avancer rapidement sans perdre son équilibre ou sans se heurter aux obstacles…

Je termine mon billet avec deux citations à méditer :

“Le paresseux appelle chance le succès du travailleur” Proverbe anglais.
Le mot travailleur peut désigner également  le courageux, celui qui assume ses propres responsabilités, celui qui travaille à son propre perfectionnement.

Personne n’est né sous une mauvaise étoile, il y a juste des gens qui ne savent pas lire le ciel.” Dalaï-Lama.

Je reviendrais sur le sujet de l’argent, la richesse et la réussite dans un prochain billet avec des outils pour se libérer de ces croyances erronées… Stay tuned…