88% des résolutions échouent : les raisons et les solutions

2013
A chaque nouvel an, il est coutume de prendre des résolutions. Ces résolutions concernent souvent des objectifs de développement personnel et professionnel tels que : arrêter de fumer, changer de travail, perdre du poids, apprendre une nouvelle langue, avoir plus de confiance en soi, etc.
Les études démontrent que, malgré toute la bonne volonté qui sous tend ces décisions, 88% des résolutions échouent [Richard Wiseman, 2007] !
Les raisons ? Des objectifs surdimensionnés, absence de plan d’action, éparpillement en poursuivant plusieurs objectifs à la fois. En effet, la partie du cerveau responsable de la volonté et du contrôle de soi (cortex préfrontal) ne peut gérer plusieurs informations et objectifs à la fois. En plus de la volonté et du contrôle de soi, cette partie gère également la mémoire à court terme, la concentration et la résolution de problèmes. Une surcharge cognitive de cette partie mène à l’affaiblissement du contrôle de soi et de la volonté. Ce qui explique qu’après une journée éprouvante de travail (sollicitant nos ressources cognitives), nous sommes plus enclins à nous jeter sur une pizza ou une glace ou à nous remettre à fumer [Baba Shiv 2009].
Les solutions ?
Pour augmenter les chances de réussite de nos résolutions (et nos objectifs d’une manière générale), les pistes suivantes s’avèrent d’une grande efficacité :
* Développer la conscience de soi permet de mieux observer ses anciennes habitudes et de mieux les apprivoiser. C’est un entrainement (qui ne nécessite que quelques minutes par jour) et un engagement constant sur toute l’année qui permet d’y aboutir. Par exemple consacrer quelques minutes par jour à prêter attention aux sensations corporelles, à son rythme de respiration, à ses pensées, sans jugement et sans action particulière. Il s’agit d’être observateur et non acteur.
* Fixer des objectifs minimalistes. Des objectifs qui impliquent de légers et constants changements.
Si vous voulez vous remettre à faire du sport, commencez à faire du sport à raison de 5 minutes par jour. Ensuite, semaine après semaine, augmentez la durée d’une minute. Si vous voulez arrêter de fumer, diminuez votre consommation d’une seule cigarette chaque semaine.
* Travailler à accepter l’incertitude et développer sa flexibilité psychologique. Souvent, derrière nos objectifs se cache un grand malaise avec l’incertitude. L’avenir étant vraiment incertain, et les choses peuvent aller bien comme mal. Nous sommes trop souvent motivé(e)s par un désir de mettre fin aux inévitables surprises dans nos vies. La fixation d’objectifs rigides (presque obsessionnels) témoigne souvent d’une inflexibilité et d’un évitement de certains scénarios, ce qui en retour ne fait qu’augmenter le refus et la peur de ces éventualités et l’inflexibilité (cycle vicieux). En revanche, développer son acceptation de l’incertain et travailler à développer sa flexibilité psychologique, mènent à une vie plus équilibrée et plus épanouie.
Je vous souhaite des résolutions réussies et une vie épanouie en 2013.
Publicités

Apologie de la pensée négative

Image

La période des fêtes représente une énigme psychologique. Le sentiment qui la décrit est, bien sûr, la joie — cependant l’effort intense d’être joyeux semble rendre beaucoup d’entre nous malheureux. Il est difficile d’être heureux dans les salles d’embarquement bondées des aéroports ou pendant que vous essayez de rester civilisé pendant des jours avec des parents qui éprouvent votre patience.

Donc, pour faire face aux fêtes de fin d’année, des magazines et d’autres nous conseillent de « penser positif », le même conseil, en d’autres termes, que Norman Vincent Peale, auteur de « Le pouvoir de la pensée positive » The Power of Positive Thinking, donnait il y a six décennies. (Pendant les fêtes, Peale a suggéré, vous devriez faire « un effort délibéré pour parler positivement de tout. ») Le résultat, trop souvent, reflète le célèbre jeu d’essayer de ne pas penser à un ours blanc : Plus vous essayez, et plus vous y pensez.

Des variations de la philosophie positive de Peale sont profondément ancrées dans la culture américaine, et non seulement dans la façon avec laquelle nous gérons les fêtes et d’autres situations sociales, mais dans les affaires, la politique et au-delà. Pourtant, les études suggèrent que les affirmations peppées conçues pour égayer l’humeur de l’utilisateur par la répétition et la visualisation de la future réussite génèrent souvent le contraire de l’effet recherché.

Heureusement, à la fois la philosophie antique et la psychologie contemporaine indiquent une alternative: une approche contre-intuitive que l’on pourrait appeler « La voie négative du bonheur. » Cette approche permet d’expliquer certaines énigmes, comme le fait que les citoyens des pays les plus exposés à l’insécurité économique font souvent état d’un plus grand bonheur que les citoyens des pays plus riches. Ou que nombreux hommes d’affaires réputés rejettent l’idée de fixer des objectifs fermes.

Un des pionniers de la «voie négative» était le psychothérapeute new-yorkais Albert Ellis, décédé en 2007. Il a découvert un élément clé des philosophes stoïciens de la Grèce antique et de Rome: que, parfois, la meilleure façon de répondre à un avenir incertain est de se concentrer non pas sur le scénario le plus favorable, mais le pire.

Sénèque le stoïcien est radical sur ce sujet. Si vous avez peur de perdre votre patrimoine, il a conseillé une fois, « réservez un certain nombre de jours, pendant lesquels vous vous contenterez des revenus les plus bas et les plus maigres, en vous habillant avec une robe grossière et rugueuse, en disant à vous-même le temps: « Est-ce cet état que je craignais? » »

Pour surmonter la peur de l’embarras, Ellis avait dit à Oliver Burkeman (auteur du livre The Antidote) qu’il conseillait à ses clients de voyager dans le métro de New York, en prononçant le nom de chaque station à haute voix. Malgré que Burkeman soit une personne facilement embarrassée, dans l’intérêt de la recherche, il a suivi son conseil, sur la ligne centrale du métro de Londres. C’était atroce. Mais ses craintes exagérées ont été ébranlées: il n’ai pas été pas harangué ou agressé. Quelques personnes l’ont regardé bizarrement.

Il suffit de penser sobrement en détail au pire des scénarios, une technique que les stoïciens appelaient « la préméditation du mal » peut aider à saper l’énergie de son anxiété. La psychologue Julie Norem estime qu’environ un tiers des Américains utilisent instinctivement cette stratégie, qu’elle qualifie de « pessimisme défensif. » La pensée positive, en revanche, c’est faire l’effort de se convaincre que les choses vont bien tourner, ce qui peut renforcer la croyance que ce sera terrible si les choses tourment mal.

Dans les entreprises américaines, la doctrine la plus largement acceptée du « culte de la positivité » est l’importance de la détermination d’objectifs grands et audacieux pour une organisation, tandis que les employés sont encouragés (ou contraints) de fixer des objectifs qui sont « SMART » – spécifiques, mesurables, atteignables, réalisables, et dans un temps déterminé. (On pense que le terme a été utilisé dans un article publié en 1981 par George T. Doran.)

Mais le consensus pro-objectif est en train de s’effriter. D’une part, les objectifs rigides peuvent encourager les employés à sacrifier l’éthique. Dans une étude menée par la chercheuse en gestion Lisa Ordóñez et ses collègues, les participants ont eu à composer des mots à partir d’un ensemble de lettres aléatoires, comme dans le Scrabble. On leur demanda de consigner leurs progrès de manière anonyme et ceux qui ont été donnés un objectif précis à atteindre ont menti beaucoup plus fréquemment que ceux qui devaient simplement « faire de leur mieux. »

Les objectifs peuvent même conduire à des sous-performances. De nombreux nouveaux chauffeurs de taxi de New York, selon une équipe d’économistes, gagnent moins d’argent par temps de pluie que ce qu’ils peuvent gagner, car ils arrêtent le travail dès qu’ils atteignent la somme qu’ils pensent représenter les gains d’une bonne journée.

Se concentrer sur un objectif au détriment de tous les autres facteurs peut aussi déformer la mission d’une entreprise ou la vie d’une personne, explique Christopher Kayes, professeur de gestion à l’Université George Washington à Washington qui a étudié la « sur-poursuite » des objectifs, se souvient d’une conversation avec un dirigeant qui « m’a dit que son objectif était de devenir millionnaire à l’âge de 40 ans… et il l’avait fait. [Mais] il a également été divorcé, et avait des problèmes de santé, et ses enfants ne lui parlent plus. » Derrière notre fixation sur les objectifs, les travaux du Prof Kayes indiquent qu’il y a un profond malaise avec le sentiment d’incertitude.

Les recherches menées par Saras Sarasvathy, professeur en gestion à l’Université de Virginie, suggèrent que l’apprentissage pour accueillir des sentiments d’incertitude est non seulement la clé d’une vie plus équilibrée, mais conduit souvent à la prospérité également. Pour une étude, elle a interviewé 45 entrepreneurs prospères, qui ont tous introduit au moins une entreprise en bourse. Presque aucun d’entre eux n’a choisi d’écrire un business plan complet ou de réaliser des études de marché approfondies. Ils pratiquaient plutôt ce que le professeur Sarasvathy appelle « effectuation ». Plutôt que de choisir un objectif et de faire un plan pour y parvenir, ils ont fait le bilan des moyens et du matériel mis à leur disposition, et ensuite imaginé les issues possibles. L’effectuation comprend également le « principe de la perte abordable. » Au lieu de se concentrer sur la possibilité de récompenses spectaculaires pour une entreprise, évaluer l’étendue des pertes en cas d’échec. Si la perte potentielle semble tolérable, passer à l’étape suivante.

La valeur ultime de la « voie négative » ne réside pas dans la facilitation des émotions optimistes, ou voire du succès. Mais elle réside simplement dans le réalisme. L’avenir est vraiment incertain, après tout, et les choses peuvent aller bien comme mal. Nous sommes trop souvent motivés par un désir de mettre fin aux inévitables surprises dans nos vies.

Cela est particulièrement vrai pour le plus grand « négatif » de tous. Pourrions-nous bénéficier de la contemplation de la mortalité plus souvent que nous le faisons? Comme la célèbre déclaration de Steve Jobs : « Se souvenir que vous allez mourir est le meilleur moyen que je connaisse pour éviter le piège de penser que vous avez quelque chose à perdre. »

Cependant nous pouvons être tentés de nous aligner avec la position de Woody Allen sur la mort : « Je suis fortement contre elle ». Mais il y a beaucoup plus d’avantages à y faire face plutôt que de la nier. Il y a quelques faits que même la pensée positive la plus puissante ne peut modifier.

—Adapté du livre de Oliver Burkeman The Antidote: Happiness for People Who Can’t Stand Positive Thinking. Editions Faber & Faber, novembre 2012.

— Traduit de l’américain par Majed Chambah.

[Vidéo] L’estime de soi

Une excellente présentation de l’estime de soi par le Dr. Christophe André.

Pour aller plus loin : 

Pour en savoir plus sur les mécanismes de  l’estime de soi et du coaching de l’estime de soi :


Le Coaching des émotions et de l’estime de soi (ebook Kindle sur Amazon.fr)


Le Coaching des Emotions et de l’Estime de Soi (Livre broché sur Amazon.fr)

Quels principes de développement personnel pouvez-vous retenir suite aux révolutions tunisiennes et égyptiennes ?

Manifestants égyptiens portant des drapeaux égyptiens et tunisiens.

La révolution tunisienne, et la révolution égyptienne – qui l’a suivie comme une onde de choc – sont des preuves vivantes et une illustration manifeste de plusieurs principes de développement personnel et de coaching.

Voici le top dix des principes validés par les révolutions tunisiennes et égyptiennes et les principaux enseignements dont on peut en tirer :


1. Le collectif l’emporte toujours sur l’individuel, surtout si le collectif est uni autour d’un même objectif supérieur. Les inconscients individuels se rencontrent en un inconscient collectif qui décuple la puissance individuelle. En théorie systémique on parle de «propriétés émergentes» illustrées par le principe «le tout dépasse la somme individuelle des parties.»

2. Importance de l’intention pure et d’avoir un objectif bien défini et bien précis. Les populations étaient complètement focalisées sur un seul mot d’ordre «le dictateur dégage !» En coaching on dit : «un objectif bien défini est un objectif à moitié réussi.»

3. Importance de la persévérance. Continuer à avancer vers l’objectif sans se soucier des échecs temporaires, des doutes ou de l’opinion d’autrui. Les populations étaient déterminées à ne rien accepter en dessous de leurs objectifs. La persévérance avec l’optimisme (principe suivant) est le meilleur antidote au stress (tels que prouvé par de nombreuses études scientifiques validées).

4. Le poison de tous les dictateurs : l’optimisme. Rester dans un état positif et continuer à espérer quoiqu’il arrive et voir le positif dans chaque situation annule toute tentative de démoralisation ou de maintenir le peuple dans un état déprimé et désespéré.

5. Importance de vaincre la peur. Surmonter la peur permet de libérer pleinement son potentiel et d’utiliser pleinement ses talents et ses ressources. Se libérer de la peur permet de prendre des risques et de les affronter avec réussite.

6. Importance de sortir de sa zone de confort. Pour chaque objectif il y a un prix à payer. Plus l’avantage est important et plus le prix à payer est cher. Chaque individu a le choix de décider si ses objectifs valent la peine de payer le prix qui leur correspond. Ceux qui choisissent le confort, et la sécurité du connu n’ont pas beaucoup de chances d’aller quelque part. nulle part.

7. Les épreuves réussies nous transforment. Les réussites qui surviennent après des efforts et après des prises de risques sont celles qui  augmentent le plus l’estime de soi. En revanche, la tricherie et les résultats qui tombent tout-cuit, sans aucun effort, minent l’estime de soi.

8. L’équifinalité de tout système. Principe bien connu dans l’approche systémique, tout système, toute situation peut changer d’état et basculer à tout moment, peu importe la durée de l’état précédent.

9. Les valeurs supérieures (amour, vérité, honnêteté, confiance, positivité, liberté,…) finiront toujours par triompher face aux valeurs inférieures (haine, mensonge, malhonnêteté, peur, dépression, limitations,…).

10. On ne peut pas ne pas réussir, l’échec est uniquement temporaire. Autrement dit : «n’échouent que ceux qui abandonnent avant la réussite finale.»

A votre tour !

En ce qui vous concerne, quels enseignements pouvez tirer de ces principes pour améliorer votre quotidien et réussir vos objectifs (dans votre vie personnelle, familiale ou professionnelle) ?

J’attends vos commentaires si vous trouvez d’autres principes et si vous souhaitez enrichir ce billet par votre participation (rappelez-vous le tout est plus grands que la somme individuelle des parties).

Remarque

Le dictateur sait que son pouvoir est limité (car il ne peut faire face à l’unité du peuple) il connait les principes cités ci-dessus (consciemment ou inconsciemment) et use de toutes les stratégies possibles de manipulation des masses pour éviter que le peuple ne soit dans des conditions propices à la réussite de ses objectifs.

Par exemple, le dictateur va manier la politique du diviser pour mieux régner et il s’alliera  à d’autres partenaires qui poursuivent le même objectif que lui. D’autres stratégies qu’il affectionne particulièrement sont : la désinformation, la propagande et un discours mélangeant savamment le mensonge et la vérité (s’il n’y avait que des mensonges, personne n’y croirait) et toutes les stratégies de manipulation mentale afin de briser le moral de la population et la maintenir dans un état de peur, de dépression et de désespoir. Il s’arrangera pour que le peuple soit sans objectifs supérieurs. Il leur préfère des objectifs terre-à-terre : comme des objectifs superficiels de consommation et d’acquisition de biens. Il évitera au maximum des objectifs qui permettront une évolution personnelle de son peuple.

Citations

«Derrière chaque obstacle se cache un avantage équivalent ou supérieur.» Napoléon Hill

«Lorsqu’un jour, le peuple aspire à vivre
Le destin se doit de répondre !
Les ténèbres se dissiperont !
Et les chaînes se briseront !»

Abou el Kacem Chebbi poète tunisien (La volonté de vivre et les quatre derniers vers de l’hymne national tunisien).

« Il est fort préférable d’oser de grandes choses, remporter de glorieux triomphes, même si on subit des échecs, que de se ranger avec ces pauvres esprits, qui ne jouissent beaucoup, ni ne souffrent beaucoup, parce qu’ils vivent dans le gris crépuscule qui ne connaît ni victoire ni défaite.»
Théodore Roosevelt

Liens :

Plus grande est la lutte, plus glorieux est le triomphe !

Faites cet exercice en cette période de l’année

Cette période de l’année est propice pour avancer davantage sur votre chemin de développement personnel.

Un exercice simple, sous la forme de questions auxquelles il s’agit de répondre, comme celui que je vous propose ci-dessous, peut avoir de multiples bienfaits si vous le faites. Par contre, omettre de faire ce genre d’exercice risque de faire durer les comportements indésirables pour une année supplémentaire et de rater l’occasion d’augmenter vos chances de réussite durant la nouvelle année.

Auto-inventaire de fin d’année

L’auto-inventaire de fin d’année est aussi important pour la personne que l’est l’inventaire commercial de fin d’année pour une entreprise. Si l’on considère le mot entreprise dans le sens d’entreprendre (passer à l’action), vous-même êtes une entreprise,  le but de votre processus de développement personnel étant d’entreprendre un travail d’amélioration et d’optimisation de soi.

Certaines personnes vont de l’avant dans leur vie, d’autres régressent. Dans une démarche de développement personnel, la logique veut que l’on progresse d’une manière constante, peu importe la vitesse de progrès.

Cet inventaire vous aidera à déceler les éventuels progrès effectués ainsi que les éventuelles régressions. Il permet de mesurer l’efficacité de vos entreprises durant l’année touchant à sa fin dans le but de renforcer vos qualités et de pallier vos lacunes.

Ce questionnaire est à faire en fin d’année. Il permettra ainsi,  de déclencher une réflexion sur les résolutions de la nouvelle année et d’y inclure les améliorations à faire qui ont été décelées par l’inventaire.

Faites cet exercice en vous posant les questions ci-dessous et en écrivant vos réponses sur papier. Vous pouvez valider vos réponses avec l’aide d’une personne de votre entourage qui vous comprend et qui vous connait bien. Répondez surtout sans hésitation, sincèrement et honnêtement.

1. Est-ce que j’ai atteint mes objectifs que je me suis fixés pour cette année ? Quel était mon taux d’accomplissement ?

Si vous n’avez pas fixé d’objectif pour cette année alors il est absurde de parler d’une réussite quelconque, car sans objectifs définis il n’y a rien à réussir. Dans ce cas, la  révélation de cet inventaire est qu’il y a besoin que vous fixiez des objectifs à réussir pour l’année à venir – j’y reviendrai plus en détail en début d’année prochaine -.

2. Est-ce que j’ai fait de mon mieux qualitativement et quantitativement pour atteindre mes objectifs ? Est-ce que j’aurais pu faire mieux (selon mes compétences) ?

3. Dans quel état d’esprit ai-je majoritairement été cette année ? Quel était mon état émotionnel dominant ?

4.  Dans quel état physique ai-je majoritairement été cette année ? Quel était mon niveau d’énergie dominant ?

5. Est-ce que j’ai amélioré ma personnalité ? Sur quel plan ? Dans quelle mesure ?

6. Est-ce que j’ai amélioré mon hygiène de vie ? Sur quel plan ? Dans quelle mesure ?

7. Est-ce que la procrastination a diminué ma réussite ? Sur quel plan ? Dans quelle mesure ?

8. Est-ce que j’ai dissipé mon énergie dans des activités inutiles ou par un manque de concentration ?

9. Combien de temps (heures par semaine ou par mois) a été consacré à des activités inutiles que j’aurais pu économiser ou utiliser à bon escient ?

10. Est-ce que j’ai fait preuve de persévérance dans l’accomplissement de mes objectifs ?

11. Y a t’il des comportements ou des paroles que je regrette ?

12. Est-ce que j’ai développé de meilleures relations dans mon couple, avec les membres de ma famille, avec les autres ? (basées sur le respect, la tolérance et la sincérité) ?

13. Est-ce que j’ai mis fin à certaines relations nocives dans mon entourage ?

14. Est-ce que je me suis approché de ma vocation ?

15. Suis-je sur la bonne voie ? Sur le chemin de mon développement personnel ?

Cet exercice peut être fait entre des personnes proches, sous la forme d’un jeu où chacun partage ses réponses avec les autres personnes. Non seulement, il permettra de remplir une de vos soirées de fin d’année d’une manière ludique et très utile mais il permettra également de renforcer davantage les liens qui vous unissent.

 

Citations

Celui qui regarde à l’extérieur rêve
Celui qui regarde à l’intérieur s’éveille.

Carl Gustav Jung

« Il existe un curieux paradoxe : quand je m’accepte tel que je suis, alors je peux changer. » –
Carl Rogers

“Ce ne sont pas les événements qui vous arrivent qui détermineront jusqu’où vous irez dans votre vie, mais plutôt votre manière de gérer ces événements.”
Zig Ziglar

Tout ce qui vous immobilise, vous barre la route, vous empêche d’atteindre vos buts, tout cela vient de vous. Vous pouvez vous en débarrasser quand bon vous semble.
Dr Wayne W. Dyer

 

Suite : Cette simple technique peut changer votre vie ! (2è partie)

La Mindfulness ou la pleine conscience consiste à ramener son attention sur l’instant présent. Il s’agit de porter délibérément attention aux choses qui sont là dans l’instant présent, sans les juger. Cela peut être nos sensations corporelles, les sons, les couleurs, ou les pensées qui naissent dans l’esprit.

Développer la pleine conscience permet de retrouver la capacité de contrôler notre mental et se concentrer là où on le souhaite sans se laisser distraire par des pensées automatiques. Il s’agit d’apprécier la plénitude de chaque moment que nous vivons et surtout, d’être en contact avec notre être dans sa plénitude.
Notre état de veille ordinaire est très limité et contraignant. La mindfulness nous aide à sortir de cet automatisme inconscient, nous donnant ainsi la possibilité de réaliser toutes nos capacités conscientes et inconscientes.

Il existe un intérêt croissant dans le monde scientifique pour toutes les techniques qui développent l’attention au présent, ceci depuis que des études ont montré leur efficacité lors de recherches cliniques sur plusieurs troubles psychiques.

Dans cette deuxième partie (Voir la première partie de ce billet <– clic), le Dr. Christophe André (éminent psychiatre et auteur, voir bibliographie ci-dessous) explique dans la vidéo ci-dessous l’efficacité de la Mindfulness dans le traitement de plusieurs pathologies et dans l’équilibrage et la stabilité émotionnelles. Il explique également, les principes de la pratique et comment dépasser les obstacles à la pratique.

Mindfulness & Compétence émotionnelle

La Mindfulness est l’une des techniques les plus efficaces pour développer une compétence émotionnelle.  Les deux événements  à venir au mois de novembre présenteront des techniques basées sur la Mindfulness pour la régulation émotionnelle et pour développer l’estime de soi. C.f. : les compétences émotionnelles (Stress et Régulation Emotionnelle <– clic) et l’estime de Soi (Estime de Soi et Réussite <– clic).

Plus d’info sur ces pages : http://www.innertech.eu/b2c_seminaires.html

http://www.innertech.eu/pages/emotions.html

http://www.innertech.eu/pages/estime.html

Pour être sûr(e) d’être informé(e) de la mise en ligne du prochain billet, vous pouvez vous inscrire gratuitement (si vous ne l’êtes pas déjà) à la lettre d’information Innertech Newsletter (La lettre de la Qualité de Vie, du Développement Personnel et du Coaching) en cliquant ici. D’ailleurs, vous recevrez gratuitement dès votre inscription un rapport électronique d’introduction à l’intelligence émotionnelle.

Bibliographie (corrigée)

Livres de Dr. Christophe André sur les émotions :

Les états d’âme : Un apprentissage de la sérénité
La force des émotions. Amour, colère, joie…

Livres du Pr. Jon Kabat-Zinn le créateur de la Mindfulness :

L’éveil des sens – Vivre l’instant présent grâce à la pleine conscience

Où tu vas, tu es – Apprendre à méditer pour se libérer du stress et des tensions profondes

Livres + CD Audio de pratique guidée de mindfulness  :

Méditer pour ne plus déprimer : La pleine conscience, une méthode pour vivre mieux (1CD audio)
Mediter + 1cd audio gratuit

Citations

“Considérez le temps que vous consacrez à la pratique méditative comme un temps en dehors du temps des horloges, un temps simplement pour être avec vous-même, et qui peut transformer votre vie.”

Jon Kabat-Zinn
Professeur en Médecine, créateur du MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction Program)


[Vidéo] Le Bonheur : un don ou une compétence ?

Etant un scientifique (docteur en biologie cellulaire) engagé dans la recherche scientifique (recherche sur le fonctionnement du cerveau et des états de conscience)  et un maître Bouddhiste authentique, Matthieu Ricard réconcilie la science (neurosciences, psychologie, psychologie positive) avec des enseignements et des pratiques spirituelles séculaires. Il explique dans cette vidéo ce qu’est le bonheur authentique, comment le cultiver ainsi que l’essentiel des conclusions des travaux de recherche scientifique menés sur le bonheur.



Compétence émotionnelle

Les récents travaux dans le domaine de la psychologie (la psychologie positive et la psychologie des émotions) concordent sur le fait que le bonheur, le bien-être, et le fait d’avoir un état d’esprit positif est une compétence. D’ailleurs le terme intelligence émotionnelle tend de plus en plus à être remplacé par le terme “compétence émotionnelle.”

D’ailleurs, vous pouvez recevoir gratuitement un rapport électronique d’introduction à l’intelligence émotionnelle en vous inscrivant à la lettre d’information Innertech Newsletter (La lettre de la Qualité de Vie, du Développement Personnel et du Coaching) en cliquant ici.

A noter les deux événements  à venir au mois de novembre sur deux thèmes fondamentaux à la notion de bonheur : les compétences émotionnelles (Stress et Régulation Emotionnelle <– clic) et l’estime de Soi (Estime de Soi et Réussite <– clic).

Plus d’info sur ces pages : http://www.innertech.eu/b2c_seminaires.html

http://www.innertech.eu/pages/emotions.html

http://www.innertech.eu/pages/estime.html


Bibliographie

Si vous souhaitez approfondir les concepts et les techniques dont parle Matthieu Ricard dans cette vidéo et vous imprégnez davantage de sa sagesse et sa connaissance, sachez que Matthieu Ricard a écrit un certain nombre d’ouvrages qui parlent du bonheur et comment s’y entraîner. Ses livres sont toujours un bonheur à lire, on y retrouve sa clarté, son sens de l’humour et sa compassion qui le caractérisent.

Je ne peux que vous recommander les deux livres suivants (succincts, complets et très abordables) qui sont déjà des bestsellers internationaux :

L’art de la méditation : Pourquoi méditer ? Sur quoi ? Comment ?

Plaidoyer pour le bonheur

Pour ceux qui veulent remonter à l’origine authentique des enseignements Tibétains authentiques, il y a le nouveau livre de Matthieu Ricard (sorti il y a deux semaines) :

Chemins spirituels : Petite anthologie des plus beaux textes tibétains


Citation

« Le Bonheur n’est pas quelque chose qui nous arrive mais une compétence que nous développons !»
Mattieu Ricard


Ayez du ressort !

Notre corps et notre esprit sont comme un ressort. Plus il se détendent et plus ils sont aptes à supporter la pression. Pour avoir du ressort, rien de mieux d’un peu de détente et de repos en cette saison estivale. C’est également l’un des meilleurs moyens pour se libérer stress et du burn-out.

Je vous donne rendez-vous pour le mois de  septembre pour la reprise de ce blog avec plus de billets, vidéos, e-books gratuits et de techniques de développement personnel, de coaching et de qualité de vie.

Pour l’instant vivez le moment présent ! C’est le moment de se recharger pour avoir plein d’énergie, d’efficacité et de l’entrain pour la rentrée.

Si vous cherchez de la lecture – de détente utile 😉 – pour l’été, je peux vous conseiller les ouvrages suivants :

L’éveil des sens – Vivre l’instant présent grâce à la pleine conscience

Dieu voyage toujours incognito

Les états d’âme : Un apprentissage de la sérénité

Citations

L’ennemi mortel de l’âme c’est l’usure des jours
Romain Rolland

L’habitude est une forme de l’usure, elle efface les contours de nos plus chères amours, les recouvre d’une poussière sous laquelle nous ne les voyons plus.
Marcelle Auclair

Plus grande est la lutte, plus glorieux est le triomphe !

Plus grande est la lutte, plus glorieux est le triomphe.” C’est une des répliques marquantes du magnifique court métrage Le Cirque des Papillons (Cf. Le Cirque des Papillons).

Un homme handicapé âgé de 42 ans, Philippe Croizon, amputé des bras et des jambes (qui nous évoque le personnage de Will dans le Cirque des Papillons), s’apprête à réaliser un exploit historique sans précédent en traversant la Manche à la nage au mois de septembre prochain.

Philippe, amputé de tous ses membres suite à une électrocution, s’entraîne depuis deux ans, à l’aide de prothèses, à la réalisation de cet exploit. A ses débuts il ne savait même pas faire une longueur. En se fixant l’objectif de traverser les 40 kilomètres de la manche en 18 heures, Philippe veut donner de l’espoir aux personnes handicapées qui pensent que la vie n’est que souffrance.

Ce qui fait la différence est souvent l’attitude mentale ! Une belle démonstration grâce à Philippe Croizon qui a su aller au delà des obstacles de son handicap et faire de sa vie une oeuvre et un exemple pour les autres.

Combien de  difficultés dans votre vie vous avez utilisées comme prétexte pour ne pas atteindre vos objectifs ? Quelles difficultés dans votre vie pourriez-vous utiliser comme tremplin après avoir vu ceci :

Citations

« Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté.»
Winston Churchill

« La difficulté attire l’homme de caractère, car c’est en l’étreignant qu’il se réalise lui-même.»
Charles de Gaulle

« Plus on rencontre des difficultés dans la vie, plus on a en soi de fierté et de contentement de soi-même.»
Tristan Bernard (extrait de Monsieur Codomat)

« Il est fort préférable d’oser de grandes choses, remporter de glorieux triomphes, même si on subit des échecs, que de se ranger avec ces pauvres esprits, qui ne jouissent beaucoup, ni ne souffrent beaucoup, parce qu’ils vivent dans le gris crépuscule qui ne connaît ni victoire ni défaite.»
Théodore Roosevelt


Source